A l’issue de son 6ème congrès: AFMED recommande un système de soins de santé primaire dynamisé

par -
0 329
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Association des Anciens et Amis de la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa AFMED-UNIKIN  a clôturé mercredi 15 novembre  courant son 6ème congrès au fleuve Congo hôtel.

Apres différentes allocutions tenues durant cette cérémonie de clôture, le parrain de ce congrès, le président national de l’assemblée nationale, Aubin Minaku a prononcé le mot de clôture devant différentes personnalités venues participer à ces accises.

Ce congrès des médecins  qui devient ponctuel six années consécutives, depuis sa première édition en 2012  un cadre  scientifique approprie qui a pour but d’échanger et partager des expériences d’anciens étudiants de la faculté de médecine de l’université de Kinshasa qui évoluent partout dans le monde. Ils se retrouvent chaque année, pour discuter des questions concernant leur domaine de médecine pour faire évoluer le pays en général et la faculté de médecine de l’Unikin en particulier.

A l’issue de ce congrès 2017, pour une lutte contre le cancer, une mise en place des réunions de concertations pluridisciplinaires et un établissement pacte de société savante de protocole de prise en charge uniformisé,  telles sont les recommandations formulées.

Deux tables rondes ont servi de cadre des discussions sur l’accès aux soins et le financement pour la santé au cours du congrès. En dehors des tables rondes, des échanges ont été également  entamées  par rapport au cancer et au diabète. De toutes ces discussions, le congres 2017 retient comme résolutions : le système de soins de santé primaire à travers les zones de santé doit être dynamisé dans tous les hôpitaux, pour sécuriser la population ; la sécurité sociale ou  l’accessibilité aux soins  étant multisectorielle, les autres ministères et les autres institutions spécialisées doivent se mettre ensemble pour établir  une feuille de route devant faire participer tous les acteurs dans l’amélioration de la couverture sanitaire ; le passage de la médecine tarifaire par acte doit laisser la place à la tarification forfaitaire pour aider les plus démunis ; la protection des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans doit être renforcée  par des consultations obligatoires et même gratuites ; le mécanisme de financement par les partenaires doit être approprié par l’État et le privé, le partenariat public /privé est une piste de solution ; le dépistage et la prise en charge du cancer et du diabète doivent faire l’objet des stratégies prioritaire en tenant compte de nos moyens et de nos réalités culturelles.

Contre le cancer, une mise en place des réunions de concertations pluridisciplinaire et un établissement, pacte de société savante de protocole de prise en charge uniformisé

a recommandé le secrétaire de l’Afmed,  Dr Henri nekwei wasadisi.

Et dans son mot, Aubin Minaku a émis le vœu  d’accompagner cette association dans leur démarche, avant d’indiquer la difficulté qui bloque l’accessibilité des soins dans le pays.

Je voudrais dabord vous féliciter, chers médecins, médecine dici et dailleurs. Laccès et laccessibilité aux soins de santé, je pense que cest des thématiques qui nous permettent nous tous de comprendre des choses pour que notre pays aille de lavant, dans tous les domaines en commençant par celui de la santé. Il faut conjuguer les efforts. Le président de lassemblée nationale a montré aux médecins par rapport à leur constat de linaccessibilité aux soins, quIl y a des problèmes structurels  et que pour asseoir une accessibilité réelle aux soins de santé pour la population, il est du devoir des médecins, de par leur spécialité et aussi un devoir pour les dirigeants du pays. Il y a un travail qui est en train d’être fait dans un contexte compliqué connu de tous, mais quel que soit le contexte, les questions de santé publique méritent une place de choix. Et ce quon peut faire pour que la place de santé soit quand même acceptable dans le cadre de lexécution du budget du ministère de la santé ; que nous pouvons à travers la ligne budgétaire, savoir  booster  cette association modèle ;  prendre un petit engagement pour essayer  dappuyer lassociation pour que lessentiel soit fait.

En réaction, après la clôture, quelques participants ont fait part de leurs impressions. Dans cet ordre d’idée, le médecin Patrick Malaba de la clinique Astrid de la Gombe a indiqué : « nous sommes satisfaits des sujets qui ont été développés tout au long des trois jours des travaux. Ces  sujets ont parlé principalement de laccès aux soins de santé ainsi que la problématique du cancer en RDC. Et reste à mettre toutes les recommandations  formulées en œuvre », a-t-il relevé.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse