A l’issue de sa conférence de presse hebdomadaire: La Monusco a épinglé les points brûlants de l’heure

par -
0 430
Vue d’une conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies à Kinshasa/Photo L. Baende
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La mission onusienne en Rdc s’en tient à son rôle des bons offices lui confié par le Conseil de sécurité de l’ONU à travers la Résolution 2348, qui est un rôle de protection des civils, qui est aussi un rôle de soutien au processus électoral à travers l’Accord du 31 décembre 2016. Quant à la vidéo de l’assassinat des deux experts de l’ONU perpétré dans le Kasaï, la Monusco est contre la diffusion publique de cette vidéo qui, selon elle, constitue une évidence dans le sens d’enquête criminelle.

Plusieurs points ont figuré hier au sommaire de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies à Kinshasa. Notamment, les traditionnels points autour des informations relatives aux activités des composantes de la MONUSCO et de l’Equipe-pays des Nations-Unies, et autour de la situation sécuritaire qui a prévalu dans le pays au courant de la dernière semaine, ont été abordés.

Une séance des questions-réponses a enfin couronnée cette conférence animée par le directeur de l’information publique de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Rd Congo (Monusco), M. Charles Antoine Bambara. C’est au cours de ce dernier point que les journalistes ont soulevé les quelques préoccupations qu’ils avaient, notamment, sur le plan sécuritaire, humanitaire et politique.

Quant à la réaction de la MONUSCO à la dernière déclaration de la CENCO, M. Bambara a rappelé que Monusco a un rôle bien défini, et elle s’en tient à ce rôle des bons offices. La politique interne congolaise elle ne s’en mêle pas depuis longtemps, ajoute-t-il. « Nous nous en tenons au rôle que nous donne le Conseil de sécurité à travers la dernière Résolution 2348, qui est un rôle de protection des civils, qui est aussi un rôle de soutien au processus électoral à travers l’Accord du 31 décembre 2016. Et donc les bons offices sont activés depuis très longtemps », a-t-il expliqué.

Charles Bambara a aussi fait savoir que la semaine passée, il y a eu des nombreuses rencontres entre le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo et différents courants politiques du pays et même aussi avec même la CENCO. Cette semaine encore, renchérit-il, le représentant spécial M. Maman Sambo Sidikou a poursuivi ses nombreuses consultations.

« Il rencontre réellement tous les courants de la vie politique dans ce pays. Pour essayer d’avoir un courant fédérateur pour aller vers ces élections qui ont été décidées lors des consultations de la CENCO. Donc, ces élections de la fin de cette année 2017 restent pour nous un objectif cardinal », a affirmé le directeur de l’information de la Monusco.

La Monusco condamne l’amalgame fait contre elle par une fausse vidéo

Par rapport à une vidéo montrant des casques bleus entrain de jeter des personnes tuées dans une fosse commune, Charles Bambara affirme que la Monusco connait l’existence de cette vidéo qui est dans les médias sociaux depuis quelques temps. Selon lui, malgré la mauvaise qualité des images, le constat établi prouve clairement que cette vidéo a été postée sur Youtube depuis 2012. Et cela n’a donc rien à avoir ni avec la Rdc, ni avec la Monusco.

« Nous dénonçons fermement cet amalgame qui a été fait contre la Monusco par rapport à cette vidéo venue sans doute d’un pays tiers. La Monusco réaffirme s’en tenir à l’application de ses missions telles que lui confiées dans le cadre de différentes résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Et elle indique que son personnel n’est en rien lié à cette vidéo », a déclaré Charles Bambara.

La Monusco n’a pas le rôle d’auditer la CENI

Il a en outre répondu à une affirmation selon laquelle la Monusco a le mandat d’auditer la CENI. C’est une information complètement erronée et fausse, a-t-il rétorqué. La Monusco n’a pas un rôle d’audit donné par la Résolution 2348 vis-à-vis de la CENI. Elle a un rôle d’accompagnement. Et dans la précédente résolution, la 2277, c’était un rôle de soutien au processus d’enrôlement des électeurs, a rappelé aux journalistes le directeur de l’information de la Monusco.

« C’est ce que nous avons fait. Soutien avec 3900 tonnes de matériels avaient été acheminées à travers le pays par des ponts aériens à partir de Kinshasa mais aussi à partir de Mombassa au Kenya, etc., vers les hubs et les sous-hubs de la CENI. Le travail était bouclé la semaine dernière. Mais nous sommes prêts, dans le cadre de la dernière résolution 2348, à continuer le travail de soutien logistique et technique à la CENI ».

Comment la Monusco peut-elle intervenir dans l’enrôlement des électeurs dans le Kasaï ? A cette question, il a souligné que la Monusco a un rôle de protection des civils. Et cela est très clairement dit dans la dernière résolution, la 2348, qu’elle a commencé à exécuter. Depuis la fin de l’année 2016, poursuit-il, la Monusco s’est engagée à accroître progressivement sa présence militaire et civile au Kasaï, notamment, à Kananga. L’antenne de Kananga était transformée en bureau.

« Donc, cela veut dire que, non seulement la présence Police, la présence militaire, la présence civile va s’accroître de façon considérable », a-t-il rassuré. Et d’ajouter que Radio Okapi va ouvrir des studios sur place à Kananga. Ce, pour participer aussi à l’effort de pacification que mènent la Police et les militaires sur le terrain, à travers la communication. « Car, les rumeurs, la désinformation, peuvent faire courir beaucoup de risques aux populations civiles. Donc, nous allons ouvrir de cette antenne de Radio Okapi sur place dans les semaines qui viennent pour participer à cet effort ».

A en croire Charles Bambara, la Monusco essaye d’être présente pour avoir une démarche de prévention des conflits, de prévention des violences contre les populations, etc. Mais elle travaille avec les autorités au niveau provincial et au niveau local pour essayer d’atténuer les mésententes entre les communautés dans cette zone. « Donc, c’est un travail que nous faisons depuis très longtemps. Nous allons continuer à essayer d’accroître notre potentiel humain sur le terrain afin d’être beaucoup plus efficace ».

Dans un autre chapitre, la bouche autorisée des Nations Unies en Rdc a soutenu que le calendrier électoral est une prérogative nationale, et plus particulièrement de la CENI qui est le maître dans ce domaine. La Monusco a un rôle de soutien et d’accompagnement de la CENI. « C’est ce que nous essayons de faire depuis très longtemps avec la Résolution précédente, la 2277. C’est ce que nous allons continuer de faire pour nous, tel que dit dans l’Accord du 31 décembre, l’objectif c’est de préparer à l’élection de cette fin d’année, en décembre 2017 ».

La Monusco est contre la diffusion de la vidéo des autorités congolaises

M.Bambara a également réagi à la vidéo de l’assassinat des deux experts de l’ONU perpétré dans le Kasaï. Elle affirme que la Monusco est au courant que les autorités de la Rdc ont publié cette vidéo qui montre de façon précise, le meurtre des deux experts des Nations Unies.

Cependant, indique-t-il qu’en tant que Nations Unies, elles ne feront pas des commentaires. Car, cela fait partie d’une enquête criminelle qui a été ouverte depuis.

Pour Charles Bambara, la Monusco ne pense pas que cette vidéo devrait-être diffusée publiquement. Elle constitue effectivement une évidence dans le sens d’enquête criminelle, et cela aussi, pourrait dans une certaine mesure, traumatiser les familles de ces deux experts des Nations Unies qui ont été assassinés dans le Grand Kasaï.

« Nous n’allons pas commenter car l’enquête criminelle est en cours. Et pour nous au niveau des Nations Unies, nous attendrons donc la fin de cette enquête criminelle et voir l’ouverture éventuelle de procès », a souligné le directeur de l’information publique de la Monusco.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse