A l’issue de l’atelier de consultations régionales de Kinshasa

par -
0 601
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Vers l’élaboration d’une stratégie pour la transformation de l’agriculture africaine

Au centre, Emile Mota entouré de Sylvain Maliko et Chiji Ojukwu

L’atelier de consultations régionales sur le programme de transformation agricole de l’Afrique appartient déjà au passé. En effet, au cours de ces travaux organisés sous les auspices de la Banque africaine de développement (BAD) et qui ont connu la présence des participants venus de la Rd Congo, du Cameroun, du Tchad, de la République du Congo, etc., les échanges ont mis en avant plusieurs préoccupations qui seront prises en compte dans la finalisation des travaux de la stratégie pour la transformation de l’agriculture africaine.

C’est M. Emile Mota, ministre de l’Agriculture, pêche et élevage qui a ouvert cet atelier dans un hôtel de la capitale. Et ce, en présence de son collègue du Développement rural, du Représentant Résident de la Banque africaine de développement (BAD) et du Directeur du département Agriculture et agro-industrie de la BAD. Comme l’on peut le constater, cet atelier se tient au moment où l’Afrique fait face à des nombreuses difficultés à nourrir sa population.

« En plus des perturbations d’ordre sécuritaire, l’Afrique souffre dans sa grande partie et surtout au Sud des phénomènes climatiques qui rendent de plus en plus compliqué l’atteinte de l’auto-suffisance alimentaire », a indiqué Emile Mota, tout en insistant sur le fait qu’à cette situation drastique, il faut y ajouter la baisse des cours du baril de pétrole et pour mon pays, la baisse des cours des métaux qui déséquilibre le plan de développement des stratégies agricoles. Voilà pourquoi, lors de son mot de clôture, il a constaté que les discussions lors de l’atelier ont permis de booster l’agriculture en Afrique. « Nous voulons des actions concrètes et pérennes pour la transformation de l’agriculture en Afrique (…) », insiste-t-il.

La BAD déjà engagée aux côtés du Gouvernement

Il sied de rappeler que le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), M. Akinwumi Adesima, a défini cinq priorités qui guideront son action au cours de son mandat à la tête de cette institution. Il s’agit de l’énergie et l’éclairage de l’Afrique, l’agriculture et la sécurité alimentaire, l’intégration régionale, l’industrialisation et l’amélioration des conditions de vie des populations africaines.

C’est dans ce cadre, à en croire M. Sylvain Maliko, Représentant résident de la banque panafricaine a souligné que diverses initiatives concluantes dans le secteur agricole ont cours sur le continent et il devient urgent de s’assurer de leur efficacité. Pour ce faire, la BAD se propose d’œuvrer à la mutualisation des efforts de tous les acteurs du secteur, afin d’amplifier le mouvement et de créer une dynamique d’ensemble pour ces initiatives au niveau du continent.

Et afin de donner corps à cette démarche, la Banque a lancé une série de consultations dont la première fut la conférence ministérielle de haut niveau intitulée « Nourrir l’Afrique – Un plan d’action pour la transformation de l’agriculture africaine, d’octobre 2015 à Dakar, au Sénégal. Le but principal était de dégager un plan d’actions qui orienterait les programmes destinés à éradiquer l’insécurité alimentaire, l’extrême pauvreté, la malnutrition en Afrique et de créer sur le continent le maximum de valeurs ajoutées ».

C’est au regard de tout ce qui précède, qu’il a, lors de son discours de clôture, indiqué que les échanges ont mis en avant plusieurs préoccupations qui seront prises en compte dans la finalisation des travaux de la stratégie de transformation de l’agriculture. Il s’agit de la cohérence à assurer entre la stratégie de transformation de l’agriculture et les stratégies existantes aux plans continental et national ; la nécessité de prendre en compte les spécificités des pays ; la nécessité de mettre en place un mécanisme de financement approprié ciblant toute la chaine de valeur agricole ; la classification du rôle du secteur public, entant qu’acteur essentiel de la transformation agricole ; le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la nouvelle stratégie et l’importance d’une bonne coordination des actions, vu la multiplicité des parties prenantes, pour assurer une bonne mise en œuvre de la stratégie, tant aux plans national, régional que continental.

EN ce qui concerne particulièrement la Rd Congo, la BAD est déjà engagée aux côtés du Gouvernement pour l’accompagner dans ses efforts de transformation de l’agriculture à travers le financement des études de faisabilité des parcs agro-industriels et la préparation d’un programme ciblant l’emploi des jeunes dans l’agriculture et l’agro-industrie.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse