A l’issue de la formation aux Droits Humains

par -
0 507
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les journalistes édifiés sur l’éthique et la déontologie professionnelle  

Les lampions se sont éteints hier jeudi 17 décembre 2015 au sein du complexe industriel de l’Utex Africa, à Kinshasa. Ce, à l’occasion de la formation des formateurs organisée par le Bureau Conjoint des Nations-Unies aux Droits de l’Homme en collaboration avec l’Union Nationale de presse congolaise, section Kinshasa.

Trois jours durant, les professionnels des médias ont assimilé diverses matières en rapport avec leur professionnel en période pré-électorale, électorale et postélectorale. La motivation première de cette organisation à l’intention d’une trentaine des journalistes kinois, ont pour objectif général  de développer les connaissances et compétences des journalistes dans le domaine des droits de l’homme et le rôle de ces derniers dans la protection et la promotion des droits de l’homme en général et pendant la période électorale en particulier.

Outre cet objectif, ces assises ont des objectifs spécifiques, notamment, de renforcer les connaissances des journalises sur les questions des droits de l’homme ; rafraichir les connaissances des participants sur les règles déontologiques liées à leur profession. Il en va de même de renforcer leurs connaissances sur les mécanismes nationaux et internationaux de protection des journalistes. Ceci dit, la formation consiste à fournir aux journalistes des conseils et outils d’autoprotection et de protection collective et de renforcer leurs aptitudes en formation des adultes.

De l’éthique déontologique de la profession

C’est le Professeur Kitima, Recteur d’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication qui a animé ce module. Un module qui consiste en la remise à niveau de temps en temps en rapport avec la morale, la bonne conscience, la tenue, la manière polissée d’un journaliste.

Au demeurant, Professeur Kitima n’a fait que reprendre ou rafraîchir la mémoire des journalistes sur les notions qui guident leur profession qui sont les valeurs cardinales. Ceci dit, l’éthique est recommandé et recommandable pour le journaliste qui joue le rôle de former, d’informer, d’éduquer et de distraire sainement.

Partant, dix facteurs ou paradigmes déterminent la déontologie professionnelle, à savoir le dévouement ; l’application qui s’inscrit dans l’école de la méritocratie ; l’ordre dans la profession du journaliste ; la sollicitude ; l’intégrité, la dignité, l’honorabilité, la personnalité et la ponctualité.

A cette liste, s’ajoute le fait l’étude de la température du terrain, la loyauté vis-à –vis de l’idéal choisi, l’honnêteté et la dignité, a affirmé l’orateur.

Partant, le monde de l’information est régi par le procédé normatif tels les textes, les normes et les règles.

De la considération épistémologique

Au cours de la formation, les journalistes ont renforcé leur capacité dans les quatre paliers qui sous-tendent cette considération épistémologique, notamment le savoir être (Qui es-tu ?), qui répond à l’éducation, à l’instruction et schèmes mentaux ; le savoir-faire (Qu’est ce tu as ?) qui répond aux 5 référentiels qui se résume en ceci : avoir la connaissance de soi même ; avoir la connaissance du prochain, de l’autrui et de l’autre, avoir le bon sens, avoir le sens de l’observation et avoir le sens d’analyse.

En plus du savoir-faire, il y a le faire faire savoir qui se résume dans la capacité du journaliste qui a l’information dispose de la connaissance, du pouvoir, du vouloir et du savoir.

Le journaliste est invité à s’abstenir de quelques concepts dangereux tels « Etat voyou, la légitime défense préventive, la liberté immuable, la justice infinie » développé en ces dernières années par le fait de l’internationalisation de certains états qui ont de l’impact sur l’aspect national.

A l’issue de la formation, le Président de l’UNPC/Ville de Kinshasa a remercié le Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits Humains qui a dispensé de la matière nécessaire aux trente journalistes qui, à leur tour le feront connaitre dans leur rédaction respective. Les trente journalistes ont reçu chacun, un diplôme certifié par le Haut-Commissariat aux Nations Unies, la Monusco et l’Union Nationale de la Presse Congolaise/ section Kinshasa.

(Pius Romain Rolland )                        

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse