A l’horizon 2030 » Les femmes pour leur accès aux fonctions de prise de décisions

par -
0 654
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Trois jours ont suffi au Consortium Femme Plus à proposer et à définir l’image de la congolaise dans les quinze années à venir. Du 21 au 23 décembre dernier, une cinquantaine des femmes venant de cinq provinces de la République Démocratique du Congo se sont retrouvées au Collège Boboto pour cogiter au Forum national pour la promotion du statut de la femme congolaise à l’horizon 2030.

« Pro active, novatrice, libérée, non complexée, instruite, compétente, responsable, pacifique, épanouie, autonome, ambitieuse, combattante,… », voilà le profil proposé par les participants composés des hommes et femmes à ces assises qui ont pour but de jeter les bases sur la femme congolaise dans quinze ans.

Organisé par le Consortium Femme Plus, qui est une plateforme informelle qui réunie les Ongs Femmes des Médias pour la Justice au Congo (FMJC), Centre de recherche sur la 1325 (CJR 1325) et Comité National Femme et Développement (Conafed) et soutenu par l’Ong, cet atelier a adressé certaines recommandations à l’endroit du Ministère des Femmes, Famille et enfants et aussi aux partenaires militants pour le droit de femmes. S’agissant de l’axe à privilégier, les  Femmes participants ont optés pour l’éducation et l’environnement sain. Et ils sont demandé à au Ministère de Femmes, Famille et enfant de s’approprier les résolutions de ces assises et renforcer le partenariat avec ce Forum.

Concernant le Consortium, il leur était exigé d’assurer la survie des recommandations et étendre cette activité sur toute l’entendue du territoire national.

Le cahier de charge des femmes congolaises, élaboré a l’issue ce forum et lu par Mme Keneth Empi insiste sur les objectifs spécifiques : « Promouvoir l’accès des femmes en toute égalité aux fonctions de prise de décisions (électives et nominatives), à tous les niveaux de la vie sociale, politique, économique et culturelle, dans les secteurs publics et privés, d’ici 2030. Susciter l’implication des femmes dans la gestion durable des ressources naturelles. Promouvoir l’instruction des femmes, jeunes filles et garçons sur l’approche genre et parité d’ici 2030. Favoriser l’accès généralisé, égalitaire, équitable à un enseignement fondamental (gratuit et obligatoire), universitaire, technique et professionnel de qualité et de coûts abordables ».

Brigitte Iyeli, représentante de Diakonia, a rassuré que sa structure va mobiliser les fonds pour la concrétisation du projet issu de cet atelier.

Venant clôturer ce forum, Mme la ministre du Genre, Famille et Enfant s’est dit satisfaite dans la mesure où les résultats de ce forum prouvent à suffisance que les femmes veulent s’investir dans la mise en œuvre de la résolution 1325, de la résolution 2242, de la loi portant modalités d’application des droits de la parité et des ODD.

Lucie Kipele Aky Azua a émis le souhait de voir le chronogramme de quinze ans soit suivi de façon harmonisée et permanente par chacune des parties afin que « nos efforts ne soient pas dispersés. Et pour clôturer, elle a encouragé les femmes congolaises, car, a-t-elle dit, bien que meurtries par la guerre, elles se sont engagées dans la lutte pour la paix, la sécurité et le développement de la RDC, terre d’avenir de leur progénitures et des générations futures.

«Actuellement, la RDC est aguerrie pour affronter les 17 objectifs du développement durable (ODD) et ce combat ne peut être mené qu’avec l’engagement conjugué de tous et la détermination de la société civile », a-t-elle déclarée.

(Onassis Mutombo)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse