A l’approche de la date buttoir des élections: Des alliances se font et se défont

Depuis un certains temps, le microcosme politique est en ébullition. Des alliances se font et se défont, afin de se préparer aux élections. Des élections pour lesquelles se constituer en association est devenue obligatoire, d’autant plus que la loi électorale prévoit un seuil à respecter par tout le monde. Pour ce qui arrive en ce moment, le président de la République ne peut que se féliciter, lui qui a fait des élections son cheval de bataille, pour une alternance paisible. A ce jour, même ceux qui lui prêtaient des intentions commencent à comprendre que rien n’empêchera la CENI d’organiser les élections combinées le 23 décembre 2018. Surtout avec le réaménagement intervenu au sein du PPRD, nombreux sont les pourfendeurs qui ont compris que le temps était venu de se préparer, au lieu d’être surpris à la dernière minute. De même à la Centrale électorale, on se frotte les mains, surtout que son discours a séduit plus d’une personne. Dans le même ordre d’idée, son imprimante à voter a été pour beaucoup, d’autant plus qu’elle permettra de mettre un terme à l’impression des centenaires de bulletins de vote, sans oublier leur dispatching. Que des économies que la CENI va faire !

Disons que tout a commencé le week-end dernier dans les différents partis et regroupements politiques. Le premier regroupement politique n’est autre que la Majorité Présidentielle qui a battu le rappel des troupes, en facilitant l’adhésion en son sein de près de trente (30) partis politiques. Zn effet, un seul message a été donné à ces nouveaux venus : « on gagne ou on gagne ». Pour ce faire, toutes les facilités leur ont été données afin de se constituer en regroupements politique de leur choix. Surtout qu’aucun parti politique ne peut prétendre gagner les élections tout en étant renfermé sur lui-même.

Preuve que le discours du Chef de l’Etat a été entendu par tout le monde, toujours le week-end dernier, les observateurs avertis ont assisté en prélude à une alliance inédite entre le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) et le Mouvement de Libération du Congo, MLC. Deux partis politiques que tout peut diviser, mais que l’intérêt du Congo peut réunir. Deux partis déterminés à sceller une alliance capable de leur permettre de gagner haut la main les prochaines élections. Même si le départ du Palu a suscité la colère au sein de la Majorité Présidentielle, disons qu’il est du droit du Palu, après les élections de 2006 et de 2011 de faire alliance avec un autre parti politique de son choix. Et ce, en dépit du fait que tout le monde attendait vraiment l’implication du Secrétaire permanent, surtout que d’aucuns pensent que la nouvelle génération au Palu profiterait de ses faiblesses physiques.

Ensemble de Moïse Katumbi

Au même moment, Moïse Katumbi, ancien Gouverneur de la riche province du Katanga réunissait ses proches à Johannesburg (Afrique du Sud), pour lancer un regroupement capable de porter la vision d’un Congo qu’il veut changer une fois élu à la magistrature suprême. Avec un budget de 100 milliard de dollars, Moise Katumbi croit à l’essor du pays à travers des investissements massifs. Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’on sait que le candidat proclamé à la présidence en République démocratique du Congo continue à avoir des ennuis judiciaires. Et ce, surtout que la fameuse décrispation politique ne l’a jamais concerné, étant donné qu’il a des affaires à régler personnellement avec des privés.

Nombreux sont ceux-là qui veulent savoir s’il est conscient de cette réalité. Si tel n’est pas le cas, il serait revenu en Rdc depuis longtemps, surtout qu’il a annoncé son retour à maintes reprises, mais sans concrétiser sa décision. Peut-être qu’avant décembre 2018 les choses pourraient changer en sa faveur, afin de lui permettre de venir se lancer à la course aux élections de décembre 2018. Qu’à cela ne tienne, il lui sera difficile, dans le contexte actuel, de retourner à Kinshasa sans qu’il ne soit appréhendé par la justice congolaise.

Au-delà de tout ce qui précède, Moïse Katumbi devra régler la question du passeport, lorsqu’on sait que ce dont il disposait est expiré. Raison pour laquelle il s’était présenté à l’Ambassade de la Rdc en Belgique, pour qu’on lui en délivre un autre. C’est ici qu’apparaissent d’autres dénonciations par rapport à la détention d’autres nationalités, fait sanctionné par la loi congolaise.

Au-delà de l’alliance entre le PALU et le MLC, l’UNC de Vital Kamerhe était déjà proche du MLC de Jean-Pierre Bemba. Et tout le monde pense qu’avec une telle alliance, les adversaires seront mal à l’aise. C’est dans le cadre de toutes ces alliances que le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Vital Kamerhe, et le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi, se sont rencontrés ce mardi 13 mars 2018. Selon Vital Kamerhe, en effet, cette rencontre s’inscrit dans la perspective de la création d’une grande coalition électorale. « Je salue le pragmatisme et l’humilité du président Félix Tshisekedi. Je lui ai expliqué en profondeur le sens de la démarche du front commun commencée avec le MLC et le PALU. Nous sommes d’accord avec lui que l’heure est à l’alignement de nos objectifs communs », a déclaré Vital Kamerhe sur son compte tweeter.

De son côté, Félix Tshisekedi évoque un partage d’informations sur la situation politique de l’heure. « En visite de courtoisie chez le président Vital Kamerhe, histoire de prendre la température de la situation politique du pays pendant mon absence de plus d’un mois. L’heure est au partage d’informations et à l’alignement de nos objectifs communs », s’est-il exprimé sur son compte tweeter. Dans la matinée, le président de l’UNC a échangé avec une délégation du PALU et du MLC. Il s’agit de voir la possibilité de former une plateforme électorale commune qui doit gagner aux prochains scrutins, ont déclaré les autorités du PALU.

Allons-nous assister à une alliance PALU-MLC-UNC et UDPS ? Tout porte à croire que les prochains jours vont nous réserver beaucoup de surprises. Surtout qu’à la fin de ce mois, le ministère de l’Intérieur devra présenter une liste de partis  et regroupement politiques actualisée. Raison pour laquelle tout doit être fait pour que les uns et les autres ne soient pas surpris et que tout le monde se prépare réellement à aller aux élections dans le calme.

(JMNK)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse