A la suite des évasions massives des prisonniers: Thambwe Mwamba visé par une motion de défiance

par -
0 170
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En principe après le dépôt de la motion contre un membre du Gouvernement, la plénière est convoquée dans les 48 heures qui suivent. C’est le cas de la motion de défiance déposée contre Alexis Thambwe Mwamba, ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux. Il est poursuivi par une initiative parlementaire du député national Muhindo Nzangi Butombo qui, après avoir récolté plus de 50 signatures, l’a déposée au bureau de l’Assemblée nationale, hier mardi 13 juin 2017.

La motion vise essentiellement la démission du Ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Alexis Thambwe Mwamba, en raison de multiples évasions dans différentes prisons, à travers le territoire national, précise le mobile de la motion. La dernière évasion est celle qui s’est produite à Beni, dans la Province du Nord Kivu, où environ 930 prisonniers se sont évadés dans la nature. Mettant ainsi, la vie des paisibles citoyens dans l’insécurité.

C’est la énième évasion après celles de Kinshasa, avec le prisonnier célèbre Ne Mwanda Nsemi ; dans le Kongo Central, plus précisément à Kasangulu et Moanda ; dans le Tanganyika, à Kalemie. Et enfin, le Parquet de Matete à Kinshasa. Toutes ces évasions, certes sont la suite logique d’une main noire susceptible de mettre à genou l’Etat congolais. Autant des prisonniers évadés dans la nature ne pouvaient laisser indifférents la représentation nationale sur la gestion de centres carcéraux  et pénitentiaires de différents territoires de la RDC. C’est la démarche même de l’initiateur de ladite motion qui, en toute liberté exige la démission du ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Alexis Thambwe Mwamba.  Dans leur argumentaire, l’un des signataires de la motion, notamment Paul Muhindo Muhemberi souligne que le ministre en charge de la justice est reproché des multiples procès dont les verdicts ne sont jamais prononcés, nous a-t-il confié par téléphone.

Ce qui, à la première vue, la motion si elle n’est pas entachée d’irrégularité sera débattue en plénière. Quant au fond, le Ministre d’Etat susvisé devrait convaincre la plénière pour éviter la procédure mise en cause contre lui. Sinon, une telle démarche venue de l’opposition est avant tout vouée à l’échec, étant donné que la démarche de l’initiateur ne vise pas d’être éclairée sur ces différentes évasions. Plutôt, elle vise la tête même d’un membre du gouvernement pour des raisons évidentes, notamment sur les attaques armées.

Dans l’entendement des analystes et observateurs de questions des droits, la République Démocratique du Congo se trouve au cœur d’un grand complot, dont la main noire de l’occident semble téléguider les différentes évasions, avec le but de rendre l’Etat congolais ingouvernable. Argument qui justifie leur acharnement sur les autorités de la République Démocratique du Congo  récemment sanctionnées, par les pays de l’Union Européenne. Cette dernière, depuis un temps s’y mixe, s’ingère dans les affaires internes du pays de Patrice Emery Lumumba, dont la Belgique porte la responsabilité première de son assassinat crapuleux.

C’est le lieu de faire savoir aux honorables députés nationaux, après l’escalade du débat à l’Assemblée nationale sur les sanctions contre les personnalités et autorités congolaises, l’opinion voudrait faire entendre sa voix à travers cette maxime « les loups ne se mangent pas entre eux ». Ceci justifie cela, les problèmes internes des congolais doivent être résolus à l’interne entre compatriotes, plutôt de livrer sa nation à la pâturage des occidentaux, qui n’attendent que de l’étincelle pour allumer le feu, et faire de la République Démocratique du Congo, la seconde Libye à la lumière de l’Irak et de la Syrie, pour justifier leur droit d’ingérence humanitaire.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse