A la suite de l’échec du candidat Palu Floribert Loboto: L’Alliance MP-Palu va-t-elle rompre ?

par -
0 408
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La compétition électorale est souvent source d’unité et parfois de division. En République Démocratique du Congo au lieu d’évaluer et/ou maximiser les chances pour les prochaines échéances, les acteurs politiques se rejettent  la responsabilité en cas d’échec. Au Kwilu, le candidat controversé aligné pour concourir au suffrage n’a pas été élu par les députés provinciaux et pense désormais en découdre avec la famille politique du Chef de l’Etat, la Majorité présidentielle. Floribert Loboto accuse la MP de ne l’avoir pas soutenu, et son mentor Adolphe Muzito, apprend-t-on veut rompre l’Alliance Majorité présidentielle-Palu pour ce motif.

Les voix se lèvent après l’échec à l’élection partielle dans le Kwilu, du candidat Palu Floribert Loboto, le parti du Patriarche Antoine Gizenga serait frustré par cette déconfiture de son ticket qui n’a pas été soutenu par la Majorité présidentielle, semble-t-il.

Pourtant, la Majorité présidentielle malgré le soutien de ses candidats dans certaines provinces, certains d’entre eux n’ont pas été élus. C’est le cas du ticket Floribert Loboto (Palu) et son colistier (PPRD) qui ont mordu l’hameçon dans une assemblée provinciale majoritaire Palu. Les indépendants ont raflé la mise. Une situation qui risque de fragiliser la famille politique du Chef de l’Etat, à l’aube de l’élection présidentielle devant procéder à l’alternance politique au sommet de l’Etat, mais aussi  consolider la Majorité au parlement et en provinces, notamment aux assemblées provinciales et à la chambre Haute du Sénat. Cette situation n’est pas la première dans la pratique électorale en RDC. Kinshasa, dont l’assemblée provinciale majoritaire MLC, son candidat avait perdu face au candidat PPRD André Kimbuta. L’échec du parti au gouvernorat est attribué au MLC qui avait aligné le candidat qui ne répondait pas au profil des élus provinciaux. Ceci justifie cela, le même fait s’est produit dans le Kwilu. Est-ce Floribert Loboto répondait-il au profil des élus provinciaux du Palu ? Est-ce le Palu seul qui a perdu, ou c’est le ticket MP-Palu (gouverneur- vice-gouverneur) qui a perdu ? Et que dirait le PPRD avec son candidat Bulukungu Bera-Kay Nicolas, candidat vice-gouverneur ?

Des sources crédibles nous renseignent qu’au sein du Parti Lumumbiste Unifié, Palu en sigle, les voix s’élèvent du fait que leur candidat dans le Kwilu natal, à savoir Floribert Loboto, député national et ancien journaliste proche d’Adolphe Muzito qui n’a pas été soutenu pour diriger cette nouvelle province est le point d’achoppement au sein du parti dirigé par Lumumba Gizenga, dit LUGI. Pour les uns, la candidature de Floribert Loboto n’a pas convaincu la majorité des membres du parti, si ce n’est Adolphe Muzito qui voudrait placer son ancien conseiller au ministère du Budget, alors que l’ensemble du parti a  préféré l’heureux élu Balabala Kasongo Michel. Ce dernier, rappelons-le, est plus proche de la base et de la population qui apprécie à sa juste valeur ses réalisations. Après son mandat à la Banque Mondiale, Balabala s’est investi pour changer tant soit peu l’image de ce coin du pays et les députés provinciaux qui sont fatigués du diktat de Kinshasa, ont opéré leur choix en toute indépendance. Contacté à ce propos, le porte-parole de la Majorité Présidentielle, l’ambassadeur André-Alain Atundu Liongo calme tout le monde en expliquant que sa plate-forme n’est nullement responsable de ce qui est arrivé, d’autant plus que le Palu est toujours un allié de la MP et que son échec mérite une évaluation comme celle enregistrée dans d’autres provinces. Certains analystes pensent que le Palu aligne souvent des candidats au faible poids politique qui ne font pas face à la concurrence du moment. Et nul ne pouvant se valoir de sa propre turpitude, le Palu n’a pas à s’attaquer à son allié comme si ce dernier a gagné ses échéances partout. C’est le cas de la Tshopo, où le candidat MP Samuel Simene wa Simene a été battu à la troisième position, avec trois voix seulement.

Donc, si Alliance Majorité présidentielle-Parti Lumumbiste Unifié volait en éclat, il y a lieu d’indiquer selon nos sources que, c’est l’aile Muzito qui en porterait la responsabilité.

Ceci justifiant cela,  les élections sont un thermomètre qui ne trompe pas malgré l’appui du parti.  Seules les urnes décident du candidat devant conduire la province. Et dans le Kwilu, c’est Michel Balabala Kasongo, candidat indépendant, bien que transfuge du Palu qui a été élu gouverneur en remplacement de Claudel Kinyoka. Qui peut prouver que certains députés provinciaux du Palu n’ont pas voté pour  Balabala en guise de sanction du candidat de Muzito.

Conséquence politique de rompre l’Alliance politique

Sinon, il ne s’agit pas du Palu dans son ensemble qui est frustré, plutôt d’une aile conduite par Adolphe Muzito du fait que son candidat Floribert Loboto, député national,  ancien journaliste et ancien membre du cabinet. Tout porte à croire que la sagesse l’emportera sur le sentiment et que les deux bureaux politiques auront le temps de se parler et aplanir des divergences qui ne sont dues qu’à des malentendus issus de l’échec de Floribert Loboto, qui, en toute modestie son profil ne plaint pas aux élus provinciaux, bien que du Palu. Si frustration il y a au sein de la MP, il faut le dire, au sein du Parti Lumumbiste Unifié.

Cependant, la conséquence politique ne tarderait pas à s’appliquer au cas où, le Palu à cause de l’échec du ticket MP-Palu au gouvernorat de Kwilu briserait l’Alliance du parti d’Antoine Gizenga et la famille politique du Chef de l’Etat. Premièrement, il faut tirer les conséquences politiques, c’est-à-dire au cas où le Palu allait au bout de sa logique, tous ses ministres, vice-ministres, mandataires démissionneraient des institutions de la République. Tel l’a été le cas avec le frondeur du G7. Ce que d’aucun ne souhaite jamais du vivant du Patriarche Antoine Gizenga Fundji que son parti se fragilise davantage au détriment des humeurs de tel ou tel candidat. Plutôt d’évaluer et maximiser les chances de présenter les candidats ayant un poids politique, le Palu /Aile Muzito a présenté son ancien conseiller comme candidat n’ayant pas l’assentiment de tous les membres du Parti, ce malgré sa présence dans le Kwilu quant à ce. Qu’à cela ne tienne, devant la responsabilité personnelle d’un élu provincial qui rend compte avant tout à ses électeurs, ne peut agir que selon la volonté exprimée par sa base. Est-ce le cas avec le profil Floribert Loboto ? A qui devrait déverser leur colère, à la MP ou aux élus majoritaire à l’assemblée provinciale de son parti ?

La sagesse nous renseigne « Qu’on ne résous jamais un problème sous le feu du cendre ». Le parti du Patriarche qui a un poids considérable au sein de son alliance avec la Majorité présidentielle doit revoir le type de personne à présenter à la sanction électorale, quel que soit le mot d’ordre, un électeur a avant tout ses propres sentiments à exprimer. Et l’adage songye renseigne « parti politique ni kisela, we mutuela, we mutuku », en d’autres termes, « On adhère librement dans un parti politique et l’on quitte librement ».  

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse