A la prison militaire de Ndolo: Les terroristes Kamwina Nsapu adoptent la ‘’stratégie de tout nier’’

par -
0 422
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au procès qui oppose le Ministère public aux 36 présumés terroristes Kamwina Nsapu à la prison militaire de Ndolo, les prévenus qui, lors de l’enquête pré-juridictionnelle avaient avoué les faits mis à leur charge, avant de demander pardon à la République, ont fait volte-face et se sont renfermés curieusement sur eux-mêmes. La stratégie adoptée étant de tout nier, constate un avocat de la partie civile Rdc.  Quoi qu’il en soit, à l’allure où vont les choses, la vérité finira  par éclater, parce que la stratégie ne négation systématique ne tiendra pas pour longtemps. Vu que la prison militaire de Ndolo se ferme à 15 heures, l’audience a été renvoyée au mardi 23 janvier 2018.

Au Tribunal Militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe, siégeant en audience foraine à la prison militaire de Ndolo, dans la commune de Barumbu, seuls deux prévenus Kamwina Nsapu ont été entendus. Il s’agit de Dieudonné Kupa kua Nzambi et Mubengayi Prospère. L’instruction pour les deux prévenus se fait par rapport à la première infraction sur 10 retenues par le Ministère public, le terrorisme.

A en croire le Ministère Public, l’infraction de terrorisme s’entend comme le fait d’avoir, avec une entreprise criminelle appelée Kamwina Nsapu, à Kinshasa, précisément au point chaud du Groupe mobile d’intervention de la Police, sur le boulevard Lumumba, au quartier résidentiel, en face du siège de l’UDPS, attaqué par surprise et sous la pluie, occasionnant des blessures graves à l’aide des armes blanches ; destruction par incendie d’un camion de transport de la Police de marque Kamaz immatriculé 0164, destruction de 10 motos, évasion de 24 détenus ; le 17 mai 2017, attaque spectaculaire vers 4 heures du matin de la prison centrale de Makala, occasionnant l’évasion massive de plusieurs prisonniers condamnés et autres ; destruction par dégradation  du bâtiment administratif de la prison de Makala, des dossiers pénitentiaires et de 48 véhicules se trouvant dans les différents parkings.

Toujours pour l’infraction de terrorisme, du 9 au 10 juin 2017 vers 3 heures du matin, le Commissariat PNC Mont Amba a été attaqué, entrainant des blessures des policiers, 14 évadés et un véhicule brulé ; attaque du Parquet de Grande Instance de Matete entrainant 11 véhicules brulés et 4 motos, 3 détenus évadés. Le 28 juin 2017, le Commissariat PNC Funa a été attaqué, occasionnant des blessures graves sur les policiers et les civiles, l’évasion de 24 détenus suivie de la commune de Kalamu. Le 14 juillet 2017, ce fut l’attaque du marché central, entrainant mort d’hommes et blessures.

Au cours de son instruction, le prévenu Kupa Kua Nzambi Dieudonné s’est permis de tout nier, jusqu’à prétendre qu’il ne connaissait pas ce qu’on entendait par Tshiota, moment par excellence d’initiation des nouveaux membres. Dans ses observations, le Ministère public a précisé que le Tribunal est saisi non pas par un communiqué de presse, mais par un acte de justice. « La stratégie des prévenus, c’est de rester droit dans leurs bottes. Vous comprendrez, dans le déroulement du procès le rôle que les deux prévenus ont joué », dit-il, avant d’ajouter que le prévenu en question a rejeté certaines déclarations, tout en apportant des précisions.

Et l’organe de la loi de constater que le prévenu était mal à l’aise de savoir répondre si le Tshiota était organisé chez lui. Il sait, par rapport au mouvement terroriste Kamwina Nsapu, que le Tshiota signifie en lingala Lisanga=rassemblement. ET c’est autour du Tshiota que se passent les rituels pour la préparation des attaques.

Le Ministère public a été soutenu par la partie civile Rdc à travers Me Tshitembo, avocat au Barreau de Kinshasa/Gombe, qui pense qu’il est satisfait du déroulement du procès,  dans la mesure où ce qui est recherché, c’est d’abord les droits de la défense qui sont scrupuleusement respectés par le Tribunal. Au sujet du comportement des prévenus et de leurs conseils, Me Tshitembo affirme qu’il s’agit- là d’une stratégie de négation qu’ils ont adoptée, mais le procès n’a pas commencé aujourd’hui. Il a commencé avec l’instruction pré-juridictionnelle. « Tous les procès verbaux, on en teint compte. C’est de leur droit de ne pas répondre. La vérité va éclater, parce que la stratégie de négation ne peut pas tenir. Ils sont à 36, on n’a pas encore entendu tout le monde. Ils vont craquer. Ils ont adopté la stratégie de tout nier, c’est de leur droit », rétorque-t-il.

Rien ne se réfère au terrorisme

Pour Me Kande Prospère, avocat de la défense, aujourd’hui, nous avons essayé d’instruire sur la prévention du terrorisme. « Effectivement toutes les questions posées à mon client, aucune question ne s’est orientée sur le terrorisme. Lorsqu’on pose la question à mon client de savoir, après qu’il ait reçu les visiteurs, ils étaient à combien, et qu’ont-ils dit ? rien ne filtre en termes du terrorisme », rétorque-t-il.

Et de renchérir qu’il vous souviendra que nous avons commencé, avant d’aller au fond du dossier, par décrier tous ces Procès verbaux. Aujourd’hui lorsque vous avez entendu le Ministère public, il a dit que mon client avait déclaré par devers lui, nous dire qu’il a avoué, c’est faux. Ces procès verbaux ont été décriés à travers notre mémoire unique et le Tribunal nous a répondu de sa manière. Nous sommes entrain d’évoluer avec le fond du dossier et c’est là que le fond du dossier sera abordé. Surtout que nous disons que la vraie instruction, c’est devant le Tribunal.

Et de souligner qu’ils sont devant un service des renseignements qui fait peur, et ils ont été auditionnés dans un contexte qui n’était pas bon. Raison pour laquelle nous avons attaqué tous ces procès verbaux à travers le mémoire unique, conformément à l’article 246 du code judiciaire militaire. Dire qu’il a apposé sa signature et qu’il ne la reconnait pas, c’est bien vrai. La vraie instruction, c’est devant le Tribunal.

C’est sur ce fait et pour respecter le programme de la prison militaire de Ndolo, que l’affaire a été renvoyée à mercredi 23 janvier 2018, conformément au calendrier arrêté de commun accord entre parties.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse