A la prison de Ndolo: Un renseignant charge lourdement un « féticheur » Kamuina Nsapu

par -
0 286
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ayant réclamé la comparution du renseignant Mukenge Kabangu Barthélémy, à l’audience foraine du Tribunal militaire de Garnison de Kinshasa/Gombe, le prévenu Mputu Nkongolo, présenté par les parties civiles et le Ministère public comme étant le féticheur  et le donneur d’ordre du mouvement Kamuina Nsapu, aile de Kinshasa, a été désillusionné. Le renseignant a expliqué clairement que le prévenu, lorsqu’il est arrivé à Kinshasa avec les autres co-prévenus, c’était pour installer le mouvement insurrectionnel Kamuina Nsapu et renverser les institutions légalement établies.

L’affaire qui oppose le Ministère public à près de 36 prévenus Kamuina Nsapu aile de Kinshasa poursuit son bonhomme de chemin. A l’audience d’hier, le Tribunal a poursuivi l’instruction de Mputu Nkongolo Ali, présenté comme étant le féticheur du groupe, le donneur d’ordre. Après les questions du Tribunal, la parole a été donnée à la défense pour interroger le renseignant, du reste venu à sa demande. Celle-ci a fait observer que le renseignant est « très spécial ». En effet, lui qui ne connaissait pas Mputu Nkongolo et Bakenga, a quand même laissé partir Erick Ngalamulume et a pris en charge les gens qu’il ne connaissait pas pendant 41 jours.

Qu’est-ce qui aurait poussé le renseignant à garder les deux autres prévenus ? Pourquoi le renseignant n’a-t-il pas dénoncé les prévenus, lorsqu’il avait appris qu’ils étaient de Kamuina Nsapu ? Toujours la défense, a aussi constaté qu’aucune partie n’a amené d’élément de preuve chargeant Ali Mputu. Toutes les parties ne se focalisent que sur les procès-verbaux. Voilà pourquoi ils se sont joints à l‘action du Ministère public, pour lui ajouter des éléments supplémentaires.

Le renseignant n’est pas allé par quatre chemins pour expliquer que par hospitalité, il leur était permis de passer au restaurant de fortune de sa femme pour manger, chaque fois qu’ils avaient faim. Et c’est vers le 15 mars 2017 qu’il constatera le silence d’Erick Ngalamulume, son neveu. Et quand il l’appelle, celui-ci répondra qu’il était sur le fleuve Congo en train d’aller à Kisangani. Le renseignant a été complété par le Ministère public qui est revenu pour dire que celui-ci est très constant. Il a rappelé que Ngalamulume lui-même avait dit devant le tribunal qu’il avait quitté Kinshasa pour Kisangani.

A l’occasion, le Tribunal s’est aussi exprimé sur l’inopportunité de faire venir la femme de Mukenge Pépé, contrairement à la demande formulée par une partie civile. « Le renseignant a été suffisamment clair et qu’il n’y a pas d’opportunité pour faire venir sa femme. Le prévenu n’a pas su renverser ce que le renseignant a dit », s’est exprimé le Ministère public. L’audience était devenue électrique, lorsque le prévenu Mputu s’est attaqué à un avocat. Et ce, avant que le tribunal ne lui demande de retirer les propos qualifiés d’outrageants.

Le renseignant a plongé le prévenu

S’exprimant par rapport à la comparution du renseignant, le Bâtonnier Frederick Diamano, représentant la partie civile Rdc a indiqué que sa comparution a été nécessaire, et même dire indispensable, dans la mesure où sa présence a été réclamée par le prévenu Mputu qui a insisté sur le fait qu’il  ne pouvait être entendu que si Mukenge est là, pour que les déclarations de ce dernier puissent le dédouaner. Or malheureusement,  ajoute-t-il, ses déclarations sont venues l’enfoncer davantage. Pour être bref, Mukenge a clairement déclaré que Mputu, lorsqu’il est arrivé à Kinshasa avec Bakenga et les autres, c’était pour installer le mouvement insurrectionnel Kamuina Nsapu et renverser les institutions.

Malheureusement, Mputu ne sait pas sur quels faits il est poursuivi. C’est pourquoi il s’en tient à ce que, puisqu’il n’a pas été physiquement à tel endroit et à telle date, il n’y est pour rien. Nous avons rappelé que pour mieux organiser sa défense, il faut qu’il se rappelle qu’il y a ce genre d’infractions  qui ne nécessitent pas la participation directe, ou la présence d’un prévenu pour qu’il soit poursuivi. Est-ce qu’il est poursuivi pour association des malfaiteurs ou bien pour participation à un mouvement insurrectionnel ? Dès lors que l’association est constituée, les autres actes commis par d’autres prévenus, même en son absence, l’engagent et le rendent responsable.

Par rapport aux preuves, le Bâtonnier Diamano souligne que le Ministère public lui a présenté les procès-verbaux,  comparativement aux photos, et il n’a pas voulu le lire. Il y a aussi les autres pièces versées au dossier, et les déclarations d’autres prévenus qui attestent qu’il est féticheur, organisateur, concepteur de toutes les attaques qui ont endeuillé la ville province de Kinshasa. Au sujet d’une certaine corruption pour pousser le prévenu à dire la vérité, le Bâtonnier rétorque que parce qu’il a déjà tout dit, on va le corrompre pour qu’il dise quoi encore ? Nous avons des procès-verbaux qui datent de longtemps, prétendre qu’on lui donne l’argent, c’est pour  en faire quoi ? Quel l’intérêt a le Gouvernement à lui amener 20.000 Fc ou 1.000 dollar Us pour le corrompre, alors que nous détenons les procès-verbaux ?

Gustave Ngandu doit être acquitté

Et Me Herman Bolambele, avocat de Ngandu Gustave de révéler qu’il a entendu qu’il y aurait eu installation du mouvement insurrectionnel Kamuina Nsapu à Kinshasa et que ce mouvement aurait été installé par un certain Ali Mputu. « Par rapport à l‘installation effective du mouvement, je ne sais pas ce que le renseignant vous a dit exactement. Parce que lui-même dit qu’il aurait appris. Quand la prison de Makala est attaquée, lui a appris des autorités de la Rdc que c’étaient les adeptes de Bundu dia Mayala qui sont allés extraire leur président. Ce n’est qu’après qu’il y a eu revirement. C’est ce que vous appelez précisions ? », se demande-t-il.

Néanmoins, poursuit-il, nous, avocats de Ngandu Gustave qu’on a fait passer pour le financier du mouvement, ce qui nous réconforte aujourd’hui, c’est le fait que le renseignement lui-même qui déclare que c’est un saint Monsieur. Dire que c’est le financier du mouvement, il vous a clairement dit que c’est une calomnie patente. C’est un homme d’affaires qui n’a jamais fait de la politique, donc un Monsieur crédible. Comment ces gens qui sont arrivés de Kananga seraient parvenus chez lui ? Comment expliquez que vous financer un mouvement, mais vous êtes incapables d’en héberger les membres ? Parce que le Ministère public instruit à charge et à décharge, aujourd’hui je rentrerai chez moi très calme, parce  que le renseignant a dédouané mon client sur toute la ligne.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse