A la Prison Centrale de Makala: Evasion de Ne Mwanda Nsemi et ses codétenus

Depuis 4 heures du matin de ce mercredi 17 mai, les adeptes de la secte religieuse Bundu Dia Mayala armés ont réussi à faire évader leur chef spirituel Zacharie Badiangile, dit Ne Mwanda Nsemi de la prison avec une cinquantaine de détenus. Depuis, la police nationale se met à leur trousse et une vingtaine sont en état d’arrestation et les éléments de force de l’ordre sont à la recherche du député national condamné pour 5 ans de plusieurs griefs, dont outrage au Chef de l’Etat, atteinte à la sûreté de l’Etat, haine tribale, incitation à la révolte, détention d’armes de guerre, violence, crime et meurtre, séquestration etc.  

L’opinion congolaise qui se prépare à la commémoration de la vingtième année de la Révolution menée par M’Zée Laurent Désiré Kabila, en cette date du 17 mai 2017, journée dédiée aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo, un grand coup monté et réussi par le député national Zacharie Badiangile, connu sous le nom de Ne Mwanda Nsemi, chef spirituel de la secte Bundi Dia Kongo, devenu par la suite Bundu Dia Mayala, s’est évadé hier mercredi 17 mai 2017, vers 4 heures du matin, du Centre Pénitencier de Rééducation de Kinshasa, ex Prison Centrale de Makala.

A en croire les informations nous parvenues, de sources du ministère de la Justice et Garde des
Sceaux, l’infortuné a été porté par ses milices qui ont neutralisé les policiers commis à la prison et ont réussi à faire sortir leur chef spirituel, devenu fugitif de la prison centrale avec 50 détenus, dont certains d’entre les prisonniers sont arrêtés et se trouvent présentement entre les mains de la police nationale qui abat un travail formidable. Pendant que nous mettons sous pli, les sources nous renseignent que Zacharie Badiangile, dit Ne Mwanda Nsemi  est pourchassé par la police nationale qui est à ses trousses et son arrestation est une question d’heure.

Selon le ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde de Sceaux Maitre Alexis Thambwe Mwamba, la situation est sous contrôle et les éléments envoyés en renfort  sont entrés à la prison centrale où le chef des opérations de la police été pris à partie par les miliciens Bundu dia Kongo. « Les miliciens de Ne Mwanda Nsemi ont attaqué avec les armes de guerre la prison centrale de Makala cette nuit », a-t-il indiqué en attendant la précision. « Ils ont réussi à faire de la prison Ne Mwanda Nsemi et plusieurs de dizaines de prisonniers, parmi lesquels ses adeptes. Pour le moment, la situation est sous contrôle et les éléments de police sont à l’intérieur. Ils ont brièvement blessé le chef des opérations de la police qui est chargé des opérations au sein de la prison, il a pu être évacué dans un centre médical de la police », nous a communiqué le Ministre capté sur une onde de la radio.

Les faits  de son arrestation

Nul n’ignore que le fugitif Zacharie Badiangile dit Ne Mwanda Nsemi est un récidiviste et provocateur qui prône le tribalisme et le séparatisme avec ses enseignements de la reconquête du Royaume Kongo. Rédacteur de tracts dans lesquels il incite au tribalisme, au séparatisme et parfois aux injures contre l’autorité établit, se cachant par voie de faits, à sa responsabilité spirituelle de chef religieux, un envoyé de Simon Kimbangu. Derrière ce masque religieux se cache un impitoyable gourou dont il connait le crime de droits de l’Homme face aux adeptes manipulables.

Après ses crimes dans sa province natale de Kongo Central, Ne Mwanda Nsemi a commis récemment d’autres crimes dans la même province, notamment à Songololo et Kimpese. Crimes, dit-il, revendiqué à la suite des promesses faites de faire partir du gouvernement après le dialogue. Cela avait été dit par l’un de ses proches, Mavinga Philémon, président de la secte Bundu Dia Kongo dans le Kongo Central en ces termes : « En tant qu’acteur politique et grand maître de la sagesse Kongo, Muanda Nsemi a conseillé au chef de l’Etat que pour préserver la paix et la concorde nationale face à la crise politique au pays, il faut organiser un dialogue à l’issue duquel on allait organiser une transition supplémentaire à travers laquelle tout le monde va se retrouver. Mais le pouvoir lui a payé en monnaie de singe. Aujourd’hui même ceux qui étaient hostiles au dialogue ont eu des postes au sein du gouvernement d’union nationale, alors que Ne Muanda Nsemi qui est l’initiateur de ce dialogue a été payé en monnaie de singe. D’où son mécontentement qu’il a fait parvenir au Chef de l’Etat…Aussi, le député congolais, chef spirituel de cette secte réclame au président Joseph Kabila 13 millions de dollars à titre de dommages et intérêts pour lui et ses militants « massacrés » en 2008. Décision prise, selon lui, par le Parlement congolais ».

Ces faits témoignent que l’homme est passé au travers de la loi, car l’on ne peut pas se faire justice soi-même sur la tête des paisibles citoyens pour réclamer un poste de responsabilité. Rechercher par la justice pour outrage à l’autorité du Chef de l’Etat,  incitation à la haine tribale, désobéissance civile, détention d’arme de guerre, tribalisme, incitation à la rébellion, séquestration, atteinte à la sureté de l’Etat etc. sont les faits qui poursuivent ce député national élu de la Funa.

Depuis, l’homme qui avait réussi à séquestrer avec lui au moins de février de l’année en cours, plus d’une centaines de personnes dans sa résidence située dans la Commune de Ngaliema, sur l’avenue Haute tension n°15, au quartier Jolie Parc, dont les affrontements armés avec ses adeptes et la police nationale se sont soldés par un bilan de 22 arrestations dont 8 blessés.

Arrêté en procédure d’urgence, il avait été condamné pour 5 années selon les griefs du Procureur Général de la République. Trois mois seulement après sa condamnation, le récidiviste Ne Mwanda Nsemi a réussi à s’échapper de la prison à travers ses miliciens armés qui ont incendié les véhicules mis à la disposition de la  prison, ainsi que le bureau de directeur de la prison. « L’Alerte a été lancée et le signalement de personnes qui se sont évadés et le Directeur de  la prison ait les tours de pavillons pour savoir exactement le nombre de personnes qui se sont évadées », a renchéri Alexis Thambwe Mwamba, ministre d’Etat, ministre de la Justice. Le patron de la justice congolaise a rassuré l’opinion qu’aucun prisonnier emblématique ne s’est évadé de la prison, tous sont présents en prison.

Quelques arrestations

Sitôt évadés, les prisonniers sont pourchassés par les forces de l’ordre, dont certains ont été appréhendés dans les communes de Selembao et Bumbu et Bandalungwa. Une vingtaine de détenus ont été arrêtés dans la journée. A en croire Antoine Longange, Bourgmestre de la Commune de Bandalungwa, six évadés ont été appréhendés dans sa municipalité. Il a ainsi rassuré que dans sa commune, la sécurité est renforcée et que les activités tournent normalement. Tandis qu’à Selembao, la commune qui abrite la prison bon nombre d’évadés ont été arrêtés. Ce qu’a dit Fidèle Pay, Bourgmestre de la commune, qui a invité ses administrés à dénoncer tout cas suspect. « Mes administrés doivent être vigilants pour éviter que ces délinquants qui viennent de fuir la prison puissent commettre le forfait. On vient d’arrêter quelques et le nombre exact n’est pas encore connu », a-t-il reconnu le travail fait par la police de district de Funa. A l’occasion, il a une fois de plus invité les administrés d’autres communes à dénoncer les cas suspects qui peuvent commettre les crimes ailleurs.

Par ailleurs dans la Commune de Bumbu, Alidor Tshibanda, bourgmestre de la commune a confirmé l’arrestation d’une dizaine d’évadés dans sa municipalité dont la sécurité a été renforcée. « Nous avons récupéré 10 évadés qui sont mis à la disposition du Commandant urbain de la Funa à Kalamu, et le travail continue par les interpellations par-ci par-là pour ceux qui ne sont pas habitués des quartiers. Ils sont prisonniers, ils doivent assumer leur forfait et nous ne sommes pas là par gaité de cœur, c’est parce qu’ils ont commis des actes répréhensibles c’est pour cela qu’ils ont été arrêtés », nous a-t-il confié.

Tandis qu’à la Commune de Ngiri Ngiri, Jean Onyemaqui qui a été infirmé par le Commandant CIAT de sa commune, a indiqué qu’aucun n’évadé n’a été signalé et que l’église occupée par les adeptes de Bundu Dia Mayala était vide. Aucun mouvement suspect n’a été signalé. 

(Pius romain Rolland)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse