A la Direction de la paie

par -
0 976
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Matata Ponyo dénonce un réseau maffieux qui soutire plusieurs milliers de dollars Us

Le Gouvernement de la République poursuit l’amélioration de la gouvernance économique en République démocratique du Congo sous le leadership du Président de la République, Joseph Kabila Kabange. Voilà pourquoi le Premier ministre Matata Ponyo a effectué hier le déplacement de la Direction de la paie, pour palper du doigt la concrétisation des réformes qui visent à améliorer une meilleure redistribution des revenues qui sont générés par le Trésor public.

Pour le Premier ministre, il s’avère que dans le circuit de la paie subsiste un réseau mafieux qui soutire du Trésor public plusieurs milliers des dollars. Et le ministre d’Etat au Budget a initié une réforme qui vise à améliorer la gouvernance dans le secteur de la paie et cette visite s’inscrivait dans le cadre du soutient de l’ensemble du ministère du Budget dans cette réforme, pour que la paie soit compatible avec les règles d’éthique et de moralité, pour une gestion rationnelle de la paie publique.

Disons qu’il y a eu une stratégie mise en œuvre par le ministère du Budget qui vise effectivement à pouvoir démanteler le réseau des fictifs et tout le réseau de surpaiement. De la même source, nous apprenons que le travail a déjà commencé et il y a déjà une identification de près de 170 millions des Francs congolais démantelé.

Pour le ministre d’Etat au Budget, Michel Bongongo, il a rassuré le Premier ministre qu’il va veiller à l’exécution de toutes les stratégies pour découvrir le réseau.

Matata Ponyo, accompagné de toute l’équipe du ministère du Budget, à la tête Michel Bongongo, la vice-ministre, Ernestine Nyoka et le ministre de la Fonction publique a invité les agents et cadres de la direction de la paie à œuvrer dans l’honnêteté en dénonçant ceux qui ne cessent de vider le Trésor public.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse