A la COP 21 de Paris, R. Tshibanda : « La Rdc s’engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 17% entre 2020 et 2030 »

par -
0 692
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Raymond Tshibanda intervenant à la tribune de la COP21 de Paris, le 07 décembre 2015/Ph. JP Baziyaka

Le chef de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda a représenté la République démocratique du Congo hier lundi à Paris   à l’ouverture des travaux du segment ministériel de haut niveau sur les changements climatiques. C’était en présence des 195 chefs de la diplomatie mondiale, réunis au Bourget, dans la capitale française.  

Selon le service de presse au cabinet du MINAFFECI, la délégation de la République démocratique du Congo participe activement aux négociations de la Conférence des Nations Unies sur les Changements climatiques. Lors de l’ouverture des travaux, le président de la COP21, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et du Développement international,   a une fois de plus renouvelé l’engagement du sommet de Paris pour un Accord contraignant et bénéfique à tous.

Après l’intervention du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon et de la Secrétaire exécutive de la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ainsi que d’autres chefs de gouvernement et de la diplomatie du monde, le ministre congolais des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Raymond Tshibanda, qui représente le Chef de l’Etat Joseph Kabila, à cette importante assise, a été invité à présenter les engagements de son pays et le plan d’action de la RDC sur les changements climatiques. C’était en présence du ministre de l’Environnement, conservation de la nature et développement durable, Robert Bopolo et de la délégation des experts congolais dans le domaine de l’environnement et développement durable.

Dans sa déclaration du 07 décembre 2015 à la COP21, le chef de la diplomatie congolaise, Chef de la délégation de la Rd Congo aux travaux de la 21ème Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et de la 11ème Conférence des Parties siégeant en tant que Réunion des Parties au Protocole de Kyoto, a présenté la position de son pays sur les changements climatiques en ce terme : « …une mobilisation générale des Etats du monde à lutter contre les changements climatiques, qui, aujourd’hui, sont une réalité indéniable, s’impose. Par-delà la participation forte et de haut niveau à ces assises, la meilleure expression de cette mobilisation générale, qui répond aux multiples attentes et permet tous les espoirs, est que la COP21 accouche d’un Accord global, ambitieux, juridiquement contraignant et qui donc engage tous les Etats parties à la Convention Cadre des Nations unies sur le changement climatique. Un Accord qui accorde une grande importance aux actions d’adaptation et qui, en ce qui concerne l’atténuation, prend en compte le principe de différenciation vu la responsabilité historique des pays développés’, dit-il, avant d’ajouter que cet objectif historique est à notre portée, pour peu qu’individuellement et collectivement nous fassions preuve de volonté.

La Rd Congo qui a soumis sa contribution prévue, déterminée au niveau national le 18 août 2015, entend prendre pleinement sa part dans la nécessaire mutualisation des efforts afin de rétablir les équilibres climatiques. En dépit de son statut de faible émetteur, elle s’est ainsi engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 17% entre 2020 et 2030. Ce qui représente un effort considérable pour un pays qui entre dans sa phase d’émergence, après une période d’instabilité due à des guerres et troubles injustes, caractérisés par le pillage de ses ressources naturelles.

Compte tenu de ses vastes superficies forestières qui rendent des services environnementaux appréciables à l’humanité, elle veut donc en retour que les acquis de la REDD+ à la Conférence de Varsovie, soient tout naturellement maintenus dans le nouvel accord.

Les priorités pour la Rdc portent sur l’adaptation, mais aussi sur le transfert de technologie, le renforcement des capacités, le financement, la résilience face aux changements climatiques, ainsi que la réduction des gaz à effet de serre par le développement de sources d’énergie renouvelable.

Pour terminer son intervention, le ministre Tshibanda a exhorté les participants à la conférence en ce terme : « plus que jamais, nous devons, dans les négociations en cours, surmonter l’égoïsme et privilégier une coopération agissante, dans un cadre gagnant-gagnant ». Il en va de l’avenir de la progéniture de chacun de nous.

Durant une semaine, la délégation congolaise continue à participer    activement aux travaux des rudes négociations sous l’égide de l’ONU, en vue d’aboutir à  un Accord universel, dynamique et juridiquement   contraignant en faveur d’un monde plus durable.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse