A Kinshasa: La RD Congo et les Etats-Unis en guerre contre la cybercriminalité

par -
0 993
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Trois jours durant, les délégués des pays membres de la CEEAC se sont focalisés sur les études tendant à trouver les solutions de la lutte contre la cybercriminalité, dans la perspective de renforcer la cyber-sécurité au profit de la nouvelle technologie de l’information et communication. Peu avant que les lampions ne tombent, le Gouvernement de la République en partenariat avec le Gouvernement des Etats Unis d’Amérique attendent de ces assises les recommandations et résolutions qui s’imposent. 

L’internet et les télécommunications de l’information et des communications pour la croissance économique deviennent l’ampleur des technologies de réseau qui sont généralisées à travers le monde. Pour tous les pays, l’infrastructure numérique sous-jacente est ou deviendra bientôt un atout national…et l’accès aux technologies de réseau deviendra de plus en plus un besoin primaire pour le développement.

Cependant, l’internet s’est révélé être un excellent catalyseur  de développement économique et social presque partout au monde, en grande partie grâce à sa structure ouverte, interopérable, sécurisée, et fiable et sa gouvernance à multiples parties intéressées. Malheureusement, un fossé numérique visible est toujours présent. De nombreux pays en voie de développement ne possèdent pas les infrastructures de Technologie de l’information et de la communication, un accès généralement à bon marché, et des contenus localement pertinents nécessaires pour en tirer avantage.

Depuis 2005, les Etats-Unis se sont joints à la communauté mondiale en établissant l’agenda de Tunis au Sommet mondial sur la Société d’Information (SMSI). L’agenda reconnait l’existence d’un fossé numérique devant être traité afin de promouvoir la croissance économique et demandant des investissements suffisants et durables dans les infrastructures et les services de la Technologie de l’Information et de Communication, une augmentation de la capacité, ainsi que le transfert de technologie sur de nombreuses années.

En ce qui concerne l’Internet et les Technologies de l’Information et de Communication pour la croissance économique, il s’agit d’aider les pays en voie de développement à bénéficier pleinement de l’Internet grâce à une aide de l’infrastructure des Technologies de l’Information et Communication, l’expansion de l’accès et le développement du contenu localement pertinent ; lier les avantages d’Internet avec sa nature libre et ouverte, enfin soutenir l’incorporation des pratiques de diligence nécessaire sur la cyber-sécurité dans la construction d’infrastructures des Technologies de l’Information et de Communication et le développement e système et de logiciels.

Quid de la cybercriminalité

Ce qu’il faut retenir de la lutte contre la cybercriminalité, ce que les Etats doivent identifier et poursuivre en justice les cybercriminels, pour assurer que les lois et les pratiques empêchent les criminels de trouver refuge et coopérer avec les enquêtes pénales internationales dans les délais courts.

Tout comme la croissance de l’Internet a fourni des opportunités sans précédent de participation dans l’économie mondiale et d’expression personnelle, elle a également amené de nouveaux types d’activités criminels. La cybercriminalité transnationale est un problème grandissant. Cela inclut les crimes contre les ordinateurs, comme le hacking, hors les attaques de refus de service. Cela inclut aussi les crimes pour lesquels les technologies de l’information font partie intégrante du crime, comme la fraude en ligne, le vol d’identité, et la distribution de supports concernant l’exploitation des enfants. Pour combattre efficacement la cybercriminalité transnationale, les gouvernements nationaux à l’instar de celui de la République Démocratique du Congo doivent mettre en place des lois appropriées et développer des capacités spécialisées d’enquête et de poursuites judiciaires. De plus, les pays doivent renforcer leur coopération pour harmoniser leurs lois et développer des manières de partager les informations et les preuves. D’où la nécessité de promouvoir l’adoption généralisée de la Convention de Budapest et l’harmonisation des lois nationales avec ces dispositions ; augmenter la capacité des pays à combattre la cybercriminalité.

De la sécurité internationale

Il est évident qu’il faille rechercher des points communs sur les cyber-problèmes et les activités d’importance cruciale au niveau national et international ; promouvoir la stabilité, la transparence et la confiance internationale dans le cyberespace ; promouvoir le consensus international grandissant sur l’application du droit international existant au cyberespace ; établir et mettre en place des mesures bilatérales et régionales de construction de la confiance et de transparence pour réduire les risques de conflit, enfin promouvoir les partenariats de coopération internationale pour réduire et dissuader les cyber-menaces.

A travers ces dispositions protectrices, les règles de base du droit international s’appliquent au cyberespace. Il faut être en faveur d’un groupe de principes supplémentaires qui, si appliqués, peuvent fortement contribuer  à la prévention des conflits et à la stabilité en temps de paix. Premièrement, aucun pays ne doit conduire ou soutenir sciemment des activités en ligne qui endommagent intentionnellement ou limitent l’utilisation de l’infrastructure essentielles d’un autre pays. Deuxièmement, aucun pays ne doit empêcher les équipes d’urgence de répondre à un incident de cyber-sécurité, ou permettre à ses propres équipes de faire du mal. Troisièmement, aucun pays ne doit conduire ou soutenir des vols de propriété intellectuelle par une cyber-activité, des secrets industriels, ou d’’autres informations commerciales confidentielles afin de faire des gains financiers. Quatrièmement, chaque pays doit réduire les cybers activités malveillantes émanant de son territoire, et doit le faire de manière transparente, responsable et dans un esprit de coopération. Et cinquièmement, chaque pays doit faire ce qu’il peut pour aider les états ayant été victime d’une cyber-attaque.

(Puis Romain Rolland)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse