A Kikwit: Des leaders paysans de l’ex-Bandundu en atelier d’élaboration des outils de plaidoyer

par -
0 489
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Maire de la ville de Kikwit, M. Jean-Claude Mungala Malongi, a officiellement lancé ces assises. Lesquelles visent à réfléchir autour des outils de sensibilisation du dossier de plaidoyer des producteurs agricoles de l’ancienne province du Bandundu, sur l’implication des organisations paysannes à la réhabilitation et entretien des routes de desserte agricole par les communautés locales pour le développement des nouvelles provinces du Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe. 

Les délégués des unions des producteurs agricoles membres de la Faitière des organisations paysannes du Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe (FOPAKKM), ex-FOPABAND (Faîtière des organisations paysannes du Bandundu) se retrouvent depuis hier à Kikwit, la deuxième ville de la nouvelle province du Kwilu, située à plus de 520 kilomètres à l’Est de la ville-province de Kinshasa sur la Route nationale n°1.

C’est dans le cadre de la deuxième phase des ateliers provinciaux du Projet de renforcement des capacités d’actions politiques des organisations des producteurs agricoles et de leurs fédérations nationale et provinciales (PREPAR), lancé en 2015 par l’Alliance AgriCongo (une association d’Ong belges œuvrant en Rdc), et présidé par la Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC dont la FOPAKKM est membre).

Comme à la première phase, ces ateliers sont organisés ou seront simultanément organisés dans six différentes provinces de la Rd Congo. Notamment dans les provinces du Kongo central, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et dans les anciennes provinces du Bandundu, du Kasaï-Oriental, et de l’Equateur.

Pour la première phase, six dossiers de plaidoyer avaient été initiés dans les six anciennes provinces concernées par le projet et chaque province a exploité un thème différent mais de portée nationale. L’ancienne province du Bandundu, elle, avait travaillé sur la « cogestion et mise en place des services efficaces et opérationnels du FONER pour l’aménagement et la maintenance des infrastructures rurales ».

Dans cette deuxième phase des ateliers provinciaux du projet PREPAR, les leaders paysans cogitent autour des outils de sensibilisation pour chaque dossier de plaidoyer. C’est ainsi que pendant ces quatre jours de réflexion, les leaders paysans de l’ancienne province du Bandundu travaillent pour la production et validation desdits outils de plaidoyer.

Instaurer un dialogue permanent pour relever les défis

Cet atelier de Kikwit bénéficie de l’appui de l’Ong belge Caritas international Belgique. Les participants sont venus de différents territoires de l’ancienne province du Bandundu aujourd’hui démembrée en nouvelles provinces du Kwilu, Kwango et Maï-Ndombe. Notamment d’Idiofa, de Kenge, de Nioki, d’Inongo, de Kasongo-Lunda, de Bulungu, de Gungu, de Masi-Manimba, de Maï-Ndombe, du Plateau, de Popokabaka, de Kahemba, de Feshi, de Bagata, etc.

Hier à l’ouverture de ces assises tenues dans la grande salle de l’Institut facultaire de Kikwit (IFAK), le président de la FOPAKKM, M. Blaise Nzwanga, a rappelé les différentes étapes déjà franchies dans le cadre du projet PREPAR au niveau de l’ex province du Bandundu et a donné quelques orientations aux participants, en vue de produire un travail de qualité.

Il a rappelé la mission de sa faîtière (regroupant 131 unions paysannes et membre de la CONAPAC) qui est la représentation et la défense des droits socioéconomiques et culturels des agriculteurs œuvrant dans son rayon d’action. Mais aussi la vision de la FOPAKKM qui est l’avènement d’un monde paysan solidaire, uni, prospère et professionnel.

« En initiant ce plaidoyer, notre plus grand souci est d’instaurer un dialogue permanent entre les autorités, décideurs politiques à tous les niveaux, et les paysans, en vue de relever les défis qui bloquent le développement de notre communauté en général, et celui du paysan en particulier, sur tous les plans », a déclaré le président Blaise Nzwanga de la FOPAKKM. Et s’adressant aux participants, il leur a rassuré que leurs réflexions permettront d’améliorer et de consolider la qualité des dossiers et de mettre en place des stratégies « pouvant convaincre l’autorité dans la prise en compte de nos requêtes ».

Les participants appelés à continuer au-delà du projet

Le représentant de l’Ong accompagnatrice Caritas international Belgique, M. Damien Boembi, n’a eu que quelques mots pour exhorter ces leaders paysans de l’ex-Bandundu à poursuivre le travail même quand le programme du projet PREPAR sera clôturé. Dans son mot de circonstance, le délégué de la CONAPAC à ces assises, M. Pierrot Nkole, Secrétaire exécutif de la FEPPAKI (Fédération des paysans producteurs agricoles de Kinshasa), a salué et encouragé vivement la tenue de cet atelier.

Il a aussi rappelé que malgré les lacunes, la première phase d’ateliers provinciaux du projet PREPAR a au moins permis aux paysans producteurs agricoles de toutes les provinces de la Rd Congo, à mieux se connaître et se familiariser entre eux. « …En défendant son droit d’être plus responsabilisée dans ce projet, la CONAPAC est sortie de cette phase avec un éveil de conscience plus avancé », a dit M. Pierrot Nkole.

Quant à cette deuxième phase en marche, poursuit-il, son résultat partiel à retenir est que les dossiers de plaidoyer autour des thèmes retenus sont validés par le comité de pilotage national du projet, sous réserve. « La véritable appropriation du projet par la CONAPAC a eu lieu après contestation des animateurs de celle-ci par rapport à la première approche », a-t-il ajouté.

Il a enfin appelé les participants, leaders paysans de l’ancienne province du Bandundu, de tenir bon dans l’engagement, la solidarité et le travail « pour que nous puissions atteindre cette masse critique du déclenchement attendu. La petite victoire à l’interne doit devenir la grande victoire à l’externe ».

Différentes matières à aborder

Les travaux de ces assises étaient officiellement lancés par M. le Maire de la ville de Kikwit, Jean-Claude Mungala Malongi. Lesquels travaux, ont débuté hier par la sensibilisation sur les six dossiers de plaidoyer par projection d’une vidéo, pour les provinces Nord-Kivu, Sud-Kivu et du Kongo central et pour les anciennes provinces du Bandundu, Kasaï-Oriental et Equateur.

Pour aujourd’hui, les participants sont tenus à suivre la présentation de la proposition des outils de plaidoyer produits par le groupe de travail plaidoyer. Ensuite, ils vont à cet effet, procéder à un échange et à l’amendement du draft de ces outils de plaidoyer avant de les valider. En ce deuxième jour, les participants devront également être informés sur la manière dont la communication du projet PREPAR sera organisée.

Demain mercredi, les leaders paysans du Kwango, Kwilu et Maï-Ndombe seront sensibilisés sur des approches innovatrices lors de cet atelier provincial de la deuxième phase du projet PREPAR. Après, ils seront conviés à un carrefour libre pour l’organisation d’une tribune d’expression populaire sur les thèmes : « Mesures d’application de la Loi agricole » ; et « La place, les rôles, les contraintes, les attentes paysannes de la femme ».

Il y aura un autre carrefour paysan où la fédération (FOPAKKM) va présenter des services qu’elle rend aux organisations paysannes et celles-ci également, vont présenter les services qu’elles demandent à la fédération. Cette même séance du carrefour paysan se poursuivra le jeudi avant la clôture des travaux de ces assises.

Aussi, les leaders paysans de l’ex-Bandundu vont-ils apprendre les mécanismes d’appropriation des stratégies, méthodes et résultats du projet PREPAR au-delà du programme, avec un expert consultant.

(Lepetit Baende, depuis Kikwit)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse