A Eringeti/Territoire de Beni

par -
0 428
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le BCNUDH et la MONUSCO confirment 375 violations des droits de l’homme commises lors d’attaques des ADF

Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme en République démocratique du Congo (BCNUDH) et la Section d’appui à la justice et à l’administration pénitentiaire de la MONUSCO ont appuyé, du 3 au 12 décembre 2015, une enquête judiciaire de l’auditorat militaire de garnison de Beni-Butembo, à Eringeti et dans les sites de déplacés environnants, dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu.

Selon un communiqué parvenu à L’Avenir, l’objectif poursuivi était de mener des enquêtes approfondies sur les circonstances des attaques systématiques perpétrées le 29 novembre 2015 par des combattants des Forces Démocratiques Alliées (Allied Democratic Forces – ADF) contre la population civile, les forces armées congolaises et les casques bleus de la MONUSCO. Au cours de cette enquête judiciaire conjointe, 233 sources ont été interviewées dont 225 victimes (145 femmes et six mineurs).

Au total, 375 violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire ont été documentées, parmi lesquelles : 25 cas d’atteinte au droit à la vie, dont 13 femmes et deux mineurs ; six cas d’atteintes à l’intégrité physique, dont quatre femmes ; trois cas d’enlèvement suivis de travaux forcés, dont deux mineurs ; 244 cas d’atteinte au droit à la propriété (pillages); 93 cas d’atteinte au droit à la propriété (incendie volontaire de cinq pharmacies, une radio communautaire, 12 dépôts de vivres et 17 boutiques) ; un cas de violation du droit international humanitaire  (occupation, pillage, incendie, tentative d’incendie et destruction du centre de santé de référence) ; trois cas de tentatives de meurtre dont toutes les victimes sont des femmes.

« Les résultats de l’enquête conjointe confirment les attaques systématiques d’une extrême cruauté commises de manière indiscriminées par les combattants de l’ADF contre la population civile, ce qui est constitutif de graves violations du droit international humanitaire », a déclaré le directeur du BCNUDH, M. Jose Maria Aranaz. Il a, par ailleurs, félicité les autorités congolaises pour leurs efforts visant à ce que les combattants des groupes armés responsables de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire soient poursuivis et traduits en justice devant les juridictions nationales ou internationales.

Les attaques des combattants de l’ADF contre la population civile de Beni ont fait l’objet d’un rapport public du BCNUDH publié le 13 mai 2015. Ce rapport avait révélé qu’entre le 1er octobre et le 31 décembre 2014, au moins 237 civils, dont 65 femmes et 35 enfants, ont été tués, 47 civils ont été blessés, 20 civils ont été enlevés et deux civils ont été victimes de violences sexuelles par des combattants de l’ADF dans le territoire de Beni, au cours d’attaques sur 35 villages. Mr Aranaz a rappelé le besoin urgent de neutraliser sans délai l’ADF pour mettre en fin à l’insécurité inacceptable à laquelle doit faire face la population civile de Beni.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse