A Djugu: Le Gouvernement et la Monusco au secours de la population

par -
0 359
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au regard du conflit qui déchire aujourd’hui le territoire de Djugu, dans la province de l’Ituri entre les Hema et les Lendu, nombreux sont les Congolais qui veulent savoir, qu’est-ce qui se passe au juste ? C’est ainsi que le Gouvernement, appuyé par la Monusco, est à l’œuvre afin non seulement de mettre un terme à ces attaques terroristes, mais aussi d’apporter une assistance à cette population. Mais pour répondre à la première question, le Porte-parole de la MONUSCO, Florence Marchal lors du point de presse hebdomadaire de la Monusco a expliqué que le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en charge des Opérations, M. David Gressly, se trouve depuis lundi dans le territoire de Djugu, dans la province de l’Ituri et plus particulièrement dans le territoire de Djugu, afin de rencontrer toutes les parties concernées et justement de mieux comprendre la situation.

Donc, au moment où nous parlons, ajoute-t-elle, il est important d’attendre le retour de cette mission pour y voir plus clair. La priorité pour la mission étant d’empêcher l’étendue de ces violences et de protéger les populations civiles partout où nous pouvons le faire et partout où nous pouvons être présents en fonction de nos moyes et de nos ressources disponibles. « Nous avons également nos collègues du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme qui vont effectuer une mission conjointe avec les collègues de notre bureau des Affaires civiles, dans les tout prochains jours, dans cette partie de la République démocratique du Congo », précise-t-elle.

Comme pour dire que pour l’instant, pas de précipitation pour désigner les uns ou les autres par rapport à cette nouvelle crise. Nous écoutons et surtout nous nous mobilisons afin d’empêcher qu’elle prenne de l’ampleur et afin de protéger des populations civiles notamment, on l’a dit, les femmes et les enfants qui sont parmi les principales victimes de ces tueries. Commandant, est-ce que vous avez un petit mot à rajouter ?

Pour sa part, le Porte-parole militaire par intérim de la MONUSCO, le Commandant Adil Essherir, souligne que nous, la Force de la MONUSCO, considérons la situation actuelle à Djugu comme étant notre première priorité. On va continuer à poursuivre nos actions en vue d’aider à assurer une protection dynamique de la population civile.

Et de renchérir, dès le début de cette crise, on a déployé une base temporaire en plein milieu de Djugu. Après, on [en] a ouvert deux à Fataki et Blukwa. On a ramené des troupes supplémentaires de Kisangani et Goma et on les a projetées à Djugu. On a maintenant ouvert une nouvelle base cette semaine à Lita. Donc, ces trois bases ont été ordonnées et renforcées pour renforcer les patrouilles et continuer à assurer la protection des populations civiles dans la limite de nos capacités et possibilités.

« Nous travaillons aussi sur le renforcement et l’optimisation de nos moyens d’alerte précoce pour assurer des interventions plus rapides et plus opportunes. Donc, je vous rassure que nous restons déterminés à ne ménager aucun effort pour aider la population locale et aussi pour aider les acteurs de sécurité locaux s’ils demandent tout support logistique », explique-t-il. En conclusion, la Monusco rassure qu’elle ne va ménager aucun effort, elle ne va pas lésiner sur les moyens pour contribuer à rassurer la population locale et pour aider à mettre fin à cet état de violence dans le territoire de Djugu.

Toujours dans le cadre des opérations militaires de la Monusco, le porte-parole militaire a informé qu’il y a trois bases. Et ces trois bases sont responsables de lancer des patrouilles de domination de terrain. « Je peux même vous parler des cas concrets où la semaine dernière, on a reçu des informations sur une attaque qui se prépare sur le village de Bole qui est à 15 km nord Blukwa. Une patrouille de notre base temporaire de Blukwa a été dépêchée sur place. Et les assaillants ont pris la fuite à l’approche de notre patrouille », souligne-t-il, tout en insistant sur le fait qu’effectivement, là, il y a une attaque qui a été fait au niveau de Blukwa centre contre le camp des FARDC. On a lancé notre patrouille en appui aux éléments de sécurité nationaux et on a pu repousser cette incursion. Donc, il y a une panoplie d’activités militaires qui est en train de se faire. On a intensifié nos patrouilles pour la création d’un environnement protecteur.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse