A cause du retard pris dans l’organisation des élections: L’UNC quitte le gouvernement de Bruno Tshibala

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Quel sera le comportement du ministre d’Etat au Budget, Pierre Kangudia Mbayi, maintenant que son parti politique, l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), parti cher à Vital Kamerhe, a décidé de son retrait du gouvernement de large union nationale? Va-t-il démissionner de son poste par respect de la décision de son parti politique, ou bien claquer la porte de l’UNC et garder ainsi son poste au Gouvernement ?

En effet, cette information s’est rependue comme une trainée de poudre, hier soir dans la capitale Kinshasa, après que la direction politique nationale de  l’Union pour la Nation Congolaise se soit réunie sous la présidence de l’honorable Vital Kamerhe, président National de l’UNC, hier lundi 23 octobre 2017, pour procéder à l’évaluation du niveau d’application de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

A en croire un communiqué publié à cet effet, après  des échanges fructueux, la direction politique de l’UNC a pris en considération le retard et la certitude de la non organisation des élections au 31 décembre 2017. Elle a aussi tenu compte du fait que la participation de l’UNC au Gouvernement était dans l’objectif de contribuer à l’organisation des élections dans le délai de l’Accord de la Saint Sylvestre. Et compte tenu du fait qu’à  ce jour, la CENI n’ait toujours pas publié le calendrier électoral conforme à l’Accord de la Saint Sylvestre, elle a décidé du retrait du délégué de l’UNC du Gouvernement, en la personne de  Pierre Kangudia Mbayi, ministre d’Etat au Budget.

Quelle attitude va afficher le ministre du Budget ?

Nombreux sont ceux-là qui affirment qu’avant que la direction politique de l’UNC ne prenne cette lourde décision, Vital Kamerhe et Pierre Kangudia avaient eu un tête-à-tête qui leur a permis de décider de la nécessité de retirer ce parti politique du gouvernement Bruno Tshibala. C’est le sens des propos prétendument attribués au ministre d’Etat en charge du Budget, et qui ont circulé dans les réseaux sociaux : « Je suis au gouvernement parce que l’UNC m’y a envoyé. Je quitte dans les heures qui suivent parce que l’UNC ne veut plus faire parti de ce gouvernement. Je suis totalement en cohésion avec le leader de mon parti. Je réponds à son appel et j’exécute en toute loyauté ».

Toutefois, le ministre pour lequel on a annoncé la démission imminente, n’avait pas toujours rédigé sa démission, avant le bouclage de la présente édition.

Y-a-t-il eu entre-temps changement d’options pour trahir son oui à Vital Kamerhe, ou prend-il encore du temps pour négocier son départ ? Qu’à cela ne tienne, disons qu’il existe des cas de jurisprudence en la matière. En effet, même réhabilité par la Cour Constitutionnelle, Jean-Claude Kazembe dont son parti politique, le PPRD avait retiré sa confiance, a été obligé de capituler et de ne plus se présenter à l’élection du gouverneur du Haut Katanga.

Toutefois, certains pensent que Kangudia va démissionner, mais sa démission sera rejetée. Il risquera de demeurer au gouvernement, mais sans assise politique. Et pourtant, il sera difficile d’être maintenu dans un gouvernement sans assise politique. Mais s’il opte pour se lancer en solo, un peu comme à l’époque du Rassemblement créé par des ministres de Samy Badibanga, il risquera de se discréditer et par ricochet, de sortir par la petite porte le moment venu. Comme pour dire que la démission est la seule voie qui lui soit offerte pour sortir honorablement du gouvernement. Là aussi, des exemples ne manquent pas, avec les départs de Jean-Bertrand Ewanga Isso Ewanga et Claudel-André Lubaya, la liste de l’UNC ne fait que s’allonger avec le départ également de la patronne des femmes de l’UNC, Mamie Kanku.

Y aura-t-il remaniement du gouvernement ?

Il sied de souligner que la démission du ministre d’Etat en charge du Budget va obliger le gouvernement à subir un léger remaniement. Va-t-il s’agir réellement d’un léger ou d’un grand remaniement ? Y-aura-t-il aussi changement de Premier ministre ?

A en croire une source qui s’est confiée au Journal L’Avenir, Vital Kamerhe sait pertinemment qu’il y a probabilité qu’il y ait remaniement du gouvernement, mieux changement de Premier ministre d’ici la fin de l’année. Mécontent du quota qui lui a été accordé au sein du gouvernement Tshibala, sans oublier le fait qu’il ait perdu son poste au CNSA, le président de l’UNC voudrait utiliser cette démission afin de faire pression au Président de la République, pour se classer en ordre utile lors des prochaines négociations. Une nouvelle qui n’est pas à prendre à la légère, surtout que Félix Tshisekedi, président du Rassemblement Katumbiste et radicalisé, a été aperçu à Brazzaville, où se tenait le 7ème sommet des Chefs d’Etat et de gouvernements de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Voilà pourquoi, au sein de la Majorité Présidentielle (MP), l’on continue à croire que l’attitude de Kamerhe n’est qu’un faux-fuyant pour un positionnement, en vue des prochaines discussions entre Congolais.

« Ce sont des calculs pour bien négocier s’il y a un autre dialogue pour avoir plus que ce qu’ils ont eu aujourd’hui », indique l’honorable François Nzekuye, interrogé par Top Congo. A l’en croire, le peuple doit savoir que leur intérêt est ailleurs, parce que ce parti a participé avec nous aussi au dialogue de l’Union Africaine et a approuvé un plan qui devrait faire organiser les élections au mois d’avril 2018. Voilà pourquoi il conseille à l’UNC de ne pas faire croire à l’opinion que s’il n’y a pas d’élections en décembre 2017, le ciel va nous tomber sur la tête et lui conseille de ne pas faire la politique politicienne pour récupérer une opinion publique apparemment perdue.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse