A Antalya en Turquie: R. Tshibanda participe à la revue à mi-parcours du Programme d’Action d’Istanbul

par -
0 370
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le chef de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda participant à la réunion des PMA à Antalya le 27 mai 2016

La République démocratique du Congo participe à la revue  à mi-parcours  de la mise en œuvre du Programme d’Action d’Istanbul, pour la décennie 2011-2020. Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Raymond Tshibanda, qui conduit la délégation congolaise à Antalya en Turquie du 27 au 29 mai 2016. Il ressort de cette évaluation que la Rd Congo est bien engagée sur la trajectoire de sortie de la catégorie des Pays les Moins Avancés, pour accéder au rang de pays à revenu intermédiaire à l’horizon 2020.

Après Istanbul, où il a participé au sommet mondial sur l’action humanitaire, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Raymond Tshibanda, séjourne à  Antalya au nord de la Turquie,  en vue de  représenter  le gouvernement congolais aux discussions des PMA, Pays les moins avancés au monde. Les participants font l’examen à mi-parcours du programme d’action d’Istanbul placé sous le thème : « Partenariat pour un changement transformateur dans les PMA  », il est question de relever les nouveaux défis mondiaux sur la question du développement.

Dans cette ville touristique Antalya, au nord de la Turquie, les Nations-Unies rassemblent les 50 pays les Moins avancés du monde, parmi lesquels, la République démocratique du Congo, indique une dépêche du service de presse au Cabinet du Minaffeci.

A l’ouverture des travaux, le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, a salué chaleureusement tous les participants à cette importante réunion qui fait l’examen approfondi à mi-parcours de la mise en œuvre du Plan d’action d’Istanbul. Au cœur des discussions, plusieurs questions de développement des cinquante pays moins avancés,  PMA. Plusieurs thématiques sont à l’examen, notamment, la  capacité de production, l’agriculture, la nutrition, le développement rural, le commerce, le développement humain et social, la bonne gouvernance, qui s’inscrivent dans le plan d’action de l’Agenda de développement durable à l’horizon 2030.

Selon Gyan Chandra Acharya,  Secrétaire général adjoint et Haut représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits Etats insulaires, la revue à mi-parcours se tient à un moment crucial après l’adoption de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Pris collectivement, l’opportunité actuelle permet de soutenir les PMA à éradiquer la pauvreté, à promouvoir la prospérité, à protéger la planète et à débloquer les ressources nécessaires pour les investissements dans le cadre du renforcement de leurs capacités productives, de la croissance économique inclusive et équitable, du développement social et de la transformation structurelle .

L’objectif de cette importante réunion des PMA est de  réaffirmer l’engagement mondial pour répondre aux besoins particuliers des Pays les moins avancés au monde.

Des progrès notables

Dans son discours, Raymond Tshibanda a démontré qu’en République démocratique du Congo, le Programme d’Action d’Istanbul en faveur des Pays les Moins Avancés, adopté en 2011, s’est inscrit dans un cadre de planification stratégique intégré, plus vaste et complexe, visant l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Le Gouvernement a ainsi entrepris des réformes dans tous les secteurs, afin d’améliorer les conditions de vie de la population congolaise, sur la base d’un Programme dénommé “Les cinq chantiers de la République”.

Grace à la volonté politique, à la détermination du peuple Congolais et à l’appui de nos partenaires, des progrès notables ont été enregistrés, en dépit des aléas et incertitudes liés à la conjoncture nationale et internationale, au nombre desquels les conflits armés et l’insécurité récurrente dans l’Est du pays; l’incidence des épidémies, dont celle de la maladie à virus Ebla; le poids de la dette, les crises économico-financière et alimentaire de 2008, ainsi que la baisse des prix des produits de base.

L’évaluation à-parcours, que nous venons de faire, de la mise en œuvre du Plan d’Istanbul pour la période 2011-2020, en République Démocratique du Congo, est à ce sujet particulièrement édifiante. Il en ressort que cette dernière est bien engagée sur la trajectoire de sortie de la catégorie des Pays les Moins Avancés, pour accéder au rang de pays à revenu intermédiaire à l’horizon 2020, ce qui est conforme à la Vision de la Révolution de la Modernité, prônée par le Président de la République, Joseph Kabila Kabange; vision qui a pour objectifs de faire passer la République Démocratique du Congo au rang de pays à revenu intermédiaire à l’horizon 2020, pays émergent à l’horizon 2030, et pays développé à l’horizon 2050.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse