7 novembre : Journée internationale de l’écrivain africain, L’édition ABC à la carte projette de desservir en livre numérique et en langues nationales

par -
0 541
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Journée internationale de l’écrivain africain est célébrée le 7 novembre de chaque année. A cette occasion, la Maison d’édition « ABC à la carte » a organisé un point de presse hier dimanche en son siège sis avenue marché au quartier 7/ N’Djili, dans le voisinage immédiat de la Police du district. C’était sous la conduite de l’éditeur, communicateur et écrivain Freddy Kabeya (photo ci-contre).

D’entrée de jeu, l’orateur a rendu hommage à l’écrivain africain qui, a-t-il dit, éprouve couramment des difficultés pour réunir les moyens du travail. Aussi s’expose-t-il aux aléas de certains éditeurs mais sans baisser garde.

« Nous voulons éditer en français et dans les langues nationales. Nous avons trouvé capital de mettre sur pied une maison d’édition de proximité qui se soucie constamment de son public », a-t-il relevé. Cette option tombe à point nommé, estime l’orateur, puisque le contexte des Nouvelles technologies de l’information et la communication, NTIC s’offre favorablement, avec la percée notamment des livres audio et numérique. Et d’ajouter : il y a une très grande ressource dans la consommation des livres, tel est le souci majeur de notre Maison. L’autre préoccupation et non de moindre, est celle de promouvoir des publications en langues nationales. Ce sont, pour rappel,  kikongo, lingala, swahili et tshiluba. Les œuvres traduites pourraient également offrir la possibilité d’être adaptées en Bandes dessinées, (BD).

L’orateur de s’interroger : Ne peut-on pas être intellectuels dans le contexte de nos langues nationales ? Ne peut-on pas être éduqués en langues nationales ? Et de rassurer : Dans cette perspective, nous allons nous entourer d’une équipe de traducteurs. Je m’en vais dans un premier temps, traduire en langues mon recueil de nouvelles paru en 2014, sous l’intitulé : « …Vous suivez la Radio mondiale ! », en son temps publié et largement distribué au Canada. Pour ce faire, la Maison d’édition lance son projet : co-écriture. Ceci laisse comprendre, a expliqué l’orateur, que celui qui fait le travail de traducteur est considéré par la Maison d’Edition comme un co-auteur, et rémunéré comme tel. Il en va de même de celui qui adapte l’œuvre dans la BD. Nous voulons nous rassurer que nos ouvrages trouveront un lectorat structuré. Aussi nous lançons-nous dans un travail préalable de mobiliser et pourquoi pas d’aboutir à la mise en place d’un club de lecteurs numériques.

La diversité linguistique avantage

En effet, le livre numérique peut être une chance pour  les Congolais, dans le seul préalable que nous utilisions l’Internet à bon escient. Car la diversité linguistique peut être une richesse potentielle pour le pays, d’autant plus que la promotion des langues locales engage les autochtones.

M.Nzuzi Mpiosi Trésor est chef de bureau à la Direction des jeux, loisirs et sports scolaires du Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel, EPSP. Il a déploré un fait, séance tenante, que les écoles dans le cadre des activités parascolaires, parlent de moins en moins du livre devant les élèves, pourtant ceux-ci sont les cadres de demain.

En octobre 2013, M. Nsamu Kialubenda Montana, un opérateur politique, parlant de la nécessité de traduire dans les langues nationales les résolutions des assises des Concertations nationales, a dit : Nos langues nationales ne sont pas enseignées, car nous avons eu honte de valoriser nos propres acquis. Il est souhaitable d’inclure les langues nationales dans un programme de valorisation qui inclurait la promotion par l’enseignement. Après le Cinquantenaire de l’accession du pays à l’indépendance célébré le 30 juin 2010, nous ne pouvons amorcer le Centenaire, sans donner utilement de la chance à nos langues nationales et aux compatriotes au nombre inestimable, qui s’y identifient. Ces langues sont aux Congolais un don de Dieu. En effet, l’Eternel ne peut nous bénir si nous repoussons ses avantages envers notre nation. (Lire L’Avenir n°3904 du mardi 6 juillet 2010).

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse