66 ans de la mort et naissance de Simon Kimbangu: Le Code de la famille modifié et complété prêché aux femmes Kimbanguistes

par -
0 404
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Eglise Kimbanguiste a célébré le 12 octobre dernier, les 66 ans de la mort et naissance de Simon Kimbangu Kiangani, leur père spirituel. Quelques membres du gouvernement ont pris part à cette grand-messe célébrée par Simon Kimbangu Kiangani, en l’occurrence la ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou Lopusa, celui de la Santé publique, Oly Ilunga Kalenga et le vice-ministre de la Coopération régionale et internationale, Freddy Kita. Le président de la République a été représenté par son Directeur de cabinet adjoint, Jean-Pierre Kambila. Outre ces personnalités, plusieurs notables Né Kongo, des députés nationaux et chefs coutumiers n’ont pas manqué à ce grand rendez-vous de l’année pour les Kimbanguistes.

Au lendemain de la messe, soit le 13 octobre, la ministre du Genre, Enfant et Famille, Chantal Safou Lopusa a réuni toutes les femmes Kimbanguistes. Ce rassemblement entre dans le cadre de la campagne de sensibilisation des femmes sur le Code de la famille modifié et complété par la Loi n°16/008 du 15 juillet 2016. Cette loi a remplacé celle du n°876010 du 1er août 1987 qui a fait savoir quelques faiblesses en cette période où le pays est engagé à une parité 50/50 à l’horizon 2030. D’où, pour la ministre du Genre, il a plus au Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, d’adapter cette loi aux innovations.

Ainsi devant les femmes Kimbanguistes, il a plu à la patronne du Genre de prêcher ce Code dans sa globalité, afin que celles-ci l’intériorisent et s’en approprient. Chantal Safou Lopusa, faisant une lecture globale de ce Code de la famille, a indiqué aux femmes de l’Eglise Kimbanguiste que cette loi aboli l’autoritarisme maritale et privilégie le dialogue dans le mariage. Pour elle, cette loi ne s’ouvre pas au mariage pour tous, ni au mariage d’enfants, moins encore au mariage par contrainte et celui non enregistré.

Après sa brève intervention, la parole a été accordée à M. Emery Badibanga, expert du ministère de la Justice, qui a brossé la quintessence de quatre articles de ce nouveau Code de la famille modifié et complété. Il s’agit des articles dont le premier reprend l’ensemble des dispositions modifiées du Code de la famille ; le deuxième insère dans ledit Code de nouvelles dispositions nécessitées par les réformes introduites ; le troisième indique les dispositions légales abrogées ; et enfin le quatrième fixe la date de son entrée en vigueur.  Tous repris dans quatre livres dont le premier traite de la Nationalité, le deuxième sur la Personne, le troisième sur la Famille et enfin le quatrième sur la succession et libéralité.

Et dans ses quatre livres, Chantal Safou Lopusa a repris la parole pour expliquer toutes les innovations, signalées dans ce Code de la famille, dont la première est celle de la suppression de l’autorité maritale pour la femme mariée et l’obligation faite à l’époux de s’accorder pour tous les actes juridiques dans lesquels ils s’obligent, individuellement ou collectivement. La deuxième innovation est celle de l’exigence du respect et de la considération mutuels des époux dans leurs rapports, sans préjudice des autres obligations respectives qui leur incombent dans la gestion du ménage. La troisième est celle de l’affirmation du principe de la participation et de la gestion concertée du ménage par les époux, particulièrement quant à leurs biens et charges. La quatrième parle de la suppression de l’émancipation automatique du mineur par l’effet du mariage, sans préjudice de l’émancipation judiciaire du mineur, à la demande motivée des parents ou, à défaut, du tuteur. La cinquième innovation est celle de la réaffirmation de la compétence exclusive du Tribunal pour enfants dans tous les actes impliquant l’état et la capacité du mineur. Enfin, la sixième innovation traite du renforcement des dispositions pour assurer la protection des droits de l’enfant congolais contre toutes sortes d’abus en matière d’adoption internationale.

Après les différentes interventions et la série des questions-réponses, la ministre du Genre, Enfant et Famille a remis entre les mains de la présidente des femmes Kimbanguistes, Mme Rose Lukisimba, au représentant des jeunes Kimbanguiste et celui des papas Kimbanguistes, le Code de la Famille modifié et complété pour une large diffusion à ceux qui étaient absents à l’activité. Un geste salué par tous les chrétiens Kimbanguistes, satisfaits de l’intérêt que leur a accordé la ministre Chantal Safou Lopusa.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse