5ème Journée internationale des filles: Lucie Kipele avocate des adolescentes

par -
0 423
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme le 11 octobre de chaque année, l’humanité célèbre ce mardi la Journée internationale des filles. Fruit d’un long travail de plaidoyer à l’échelle mondiale mené par l’Ong canadienne dénommée Plan international de défense des droits des filles dans les pays en voie de développement.

Le parlement européen a aussi signé en octobre 2011, une déclaration en faveur de cette Journée internationale des filles pour démonter l’engagement ferme de l’Europe dans la lutte pour l’égalité des sexes.

L’Organisation des Nations Unies reconnait également que l’autonomisation des filles implique leur participation active dans la prise des décisions ainsi que le soutien et la collaboration de leurs parents, de leurs familles, des prestataires des soins, des garçons, des hommes et de la communauté tout entière.

Pour cette année, la cinquième édition donc, le thème international est : « progrès pour les filles = progrès pour les objectifs : une évaluation mondiale de la situation des filles ». Ce thème est concentré sur les adolescents et les Objectifs de développement durable (ODD), notamment l’égalité des sexes à l’horizon 2030.

Soustraire les adolescentes aux mariages précoces

A cette occasion de la 5ème Journée internationale des filles, la ministre de la Femme, Famille et Enfant, s’est adressée à la Nation. Dans son message, Mme Lucie Kipele Aky Azua affirme que si les adolescentes reçoivent un soutien efficace pendant leur tendre adolescence, avec le potentiel qu’elles possèdent, les filles peuvent aider à changer le monde.

« Actuellement, il sied de leur offrir les possibilités d’accéder à une éducation secondaire ou supérieure de qualité, il faut les soustraire aux mariages précoces. Les filles doivent recevoir des informations et des services de proximité concernant la puberté et la santé maternelle pour qu’elles se protègent contre les grossesses non désirées, les maladies sexuellement transmissibles et la violence sexiste. Aidons-les à faire face à toutes ces situations décriées », a déclaré la ministre Lucie Kipele dans son message.

Elle a de ce fait souligné que la Journée internationale des filles est une occasion précieuse et unique souhaitée afin d’attirer l’attention du monde sur la situation actuelle des filles et sur leurs droits. La ministre de la Femme, Famille et Enfant a ainsi appelé à plaider davantage sur les investissements à accumuler afin de permettre aux filles de chaque pays du monde de développer leur potentiel afin de devenir de puissants agents de progrès communautaires.

« Le Gouvernement congolais réaffirme en cette journée, les engagement que la République démocratique du Congo a pris devant la communauté internationale par la ratification des instruments juridiques dont « la Convention relative aux droits de l’enfant » et « la Charte africaine pour les droits et le bien-être de l’enfant ». Pour concrétiser ses engagements, la Rdc s’est dotée, en date du 10 janvier 2009, de la Loi portant protection de l’enfant, promulguée par le Président de la République Joseph Kabila Kabange », a fait savoir Mme Lucie Kipele.

Elle a ensuite rappelé qu’en 2015, le Gouvernement avait lancé une campagne nationale pour mettre fin au mariage précoce et a élaboré un plan d’actions en vue de renforcer les efforts déployés sur cette question. « La Rdc est donc résolument engagée dans le processus d’élaboration des politiques nationales dont l’une est fondée sur le socle de protection sociale et l’autre sur le développement de la fille, base certaine pour assurer une meilleure protection aux filles de toutes les catégories sociales », rassure la ministre Kipele.

Elle a invité, de ce fait, les parents congolais à prendre conscience de la Journée internationale des filles. « Adoptons des stratégies d’encadrement de celles-ci pour mettre fin à leur vulnérabilité », recommande-t-elle.

Elle lance, enfin, un appel vibrant aux organisations de la Société civile et aux parties prenantes du secteur privé, pour qu’elles s’engagent, indique-t-elle, et placent les adolescentes au cœur des efforts menés en faveur du développement durable.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse