51ème journée mondiale des Communications sociales: Le Pape François exhorte les hommes de medias à communiquer l’espérance et la confiance

par -
0 424
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme de tradition,  chaque année, le Pape François adresse un message solennel à tous les communicateurs du monde, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des communications sociales, qui en est à sa 51ème journée cette année et qui se fête le 24 janvier dans le monde et au mois de Mai au niveau national. Cette exhortation  riche en enseignement retrace souvent des vrais problèmes de société. Cette année 2017, l’Evêque de Rome a spécialement voulu conscientiser les hommes de médias qui ont une noble mission d’informer, former et divertir ; à  communiquer du vrai, étant donné que le medias est le 4ème pouvoir, a la force d’influencer en bien ou en mal.

Le Pape François reconnait que l’accès aux médias, grâce au développement technologique, est tel que beaucoup de gens ont la possibilité de partager instantanément l’information et de la diffuser de manière capillaire. Ces informations peuvent être bonnes ou mauvaises, vraies ou fausses. Il souhaite que  ce message atteigne et encourage tous ceux qui, dans leur milieu professionnel ou dans leurs relations personnelles, “moulent” chaque jour beaucoup d’informations pour offrir un pain frais et bon à ceux qui se nourrissent des fruits de leur communication. Pour se faire, François  exhorte chacun à une communication constructive qui, en rejetant les préjugés envers l’autre, favorise une culture de la rencontre grâce à laquelle il est possible d’apprendre à regarder la réalité en toute confiance.

A travers sa noble contribution visant à promouvoir les informations de qualité, le prélat catholique  pense qu’il faut briser le cercle vicieux de l’anxiété et endiguer la spirale de la peur, fruit de l’habitude consistant à  concentrer l’attention sur les “mauvaises nouvelles” (les guerres, le terrorisme, les scandales et toutes sortes d’échec dans les affaires humaines). Il ne s’agit pas évidemment pour le chef de l’église catholique de promouvoir une désinformation où le drame de la souffrance serait ignoré, ni de tomber dans un optimisme naïf qui ne se laisse pas atteindre par le scandale du mal. Ilvoudrait, au contraire, que tous les communicateurs cherchent à dépasser ce sentiment de mécontentement et de résignation qui  saisit souvent le public, le plongeant dans l’apathie, et provoquant la peur ou l’impression qu’on ne peut opposer de limites au mal.

L’Evêque de Rome martèle que dans un système de communication où domine la logique qu’une bonne nouvelle n’a pas de prise et donc ne constitue pas une nouvelle, et où le drame de la souffrance et le mystère du mal sont facilement donnés en spectacle, il peut être tentant d’anesthésier la conscience ou de tomber dans le désespoir. Pour  apporter une contribution à la recherche d’un style ouvert et créatif de communication qui ne soit jamais disposé à accorder au mal un premier rôle, mais qui cherche à mettre en lumière les solutions possibles aux personnes auxquelles l’information est communiquée. François invite les hommes de médias et tout autre communicateur à offrir aux hommes et aux femmes de notre temps des récits marqués par la logique de la “bonne nouvelle”.

La vie de l’homme n’est pas seulement une chronique aseptisée d’événements, mais elle est une histoire, une histoire en attente d’être racontée à travers le choix d’une clé de lecture qui permet de sélectionner et de recueillir les données les plus importantes, a-t-il fait savoir. Pour nous chrétiens, les lunettes appropriées pour déchiffrer la réalité, ne peuvent être que celles de la bonne nouvelle par excellence: «l’Evangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu» (Mc 1,1). Mais il recommande aussi d’avoir la confiance dans la semence du Royaume de Dieu dans l’utilisation  des images et des métaphores pour communiquer l’humble puissance du Royaume, qui  n’est pas une façon d’en réduire l’importance et l’urgence, mais la forme miséricordieuse qui laisse à l’auditeur l’”espace” de liberté pour l’accueillir et la rapporter aussi à lui-même. Enfin, pour le Pape l’ouverture à  « la force de l’Esprit Saint » peut aider à devenir «témoins» et communicateurs d’une humanité nouvelle, rachetée, « jusqu’aux extrémités de la terre». Car celui qui, avec foi, se laisse guider par l’Esprit Saint devient capable de discerner en tout évènement ce qui se passe entre Dieu et l’humanité.

(Irène Musune)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse