50ème session du comité exécutif national restreint de l’ECC: Les préparatifs du synode national électif d’août 2017 passés au peigne fin

par -
0 492
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Trois mois après la tenue de sa 49ème session,  le comité exécutif national restreint (CENR) de l’Eglise du Christ au Congo (ECC)  s’est réuni en sa 50ème session extraordinaire. Cette dernière a eu lieu du 11 au 14 mai 2017 au centre des conférences Mgr Dr Shaumba à Kinshasa/Gombe, sous le thème « Vous êtes la lumière du monde, une ville située sur la montagne ne peut être cachée ». Thème tiré du livre de Mathieu chapitre 5 au 14ème verset, en vue de l’examen de deux points capitaux, à savoir l’évaluation des préparatifs du synode national électif aout 2017 et l’examen de la situation sociopolitique de la RDC.

En effet, concernant le point relatif de l’évaluation des préparatifs du synode national électif, l’ECC a apprécié l’évolution positive à travers trois éléments à savoir : premièrement quelques communautés ont commencé à payer leurs cotisations. Deuxièmement, le synode national a été régulièrement convoqué  pour la période du 14 au 19 aout 2016. Enfin, les présidents provinciaux ont convoqué les sensibilisations dans leurs juridictions respectives et le CENR leurs encouragent de continuer sur ses élans en vue de la tenue du prochain synode national électif.

Par ailleurs pour l’examen de la vie socio politique de la nation congolaise, L’ECC indique que l’heure est grave.  Le CENR déplore les tueries  qui continuent à sévir à l’Est et au centre du Congo. Beaucoup de citoyens meurent gratuitement dans un cycle de violence aveugle et sans issu, déplore le CENR, qui exprime ses condoléances à toutes les familles déplorées. Il renouvelle en même temps les condoléances  à la famille biologique et à la famille politique de feu Etienne Tshisekedi tout en émettant les vœux les plus ardents à ces deux familles de s’entendre pour lui offrir les obsèques dignes de son nom.

En dehors de sa mission spirituelle et évangélique, celle de ramener les âmes auprès de leur Créateur, plusieurs situations  sont au centre des préoccupations de L’ECC. Celle-ci se voit dans l’obligation  de pouvoir s’intéresser à la vie politique congolaise en précarité. Par ses analyses, ses recommandations, ECC croit apporter une pierre de contribution  de la sortie de crise. A cela, l’Eglise évoque des querelles continuelles des acteurs politiques, traduites par les contradictions et les divisions internes au niveau des regroupements politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition. La tendance qui se dégage s’oriente vers le non-respect de la constitution et toutes les conséquences qui s’en suivent.

A travers cette déclaration, l’ECC s’est adressée à 12 organes et personnes à savoir, le  Président de la République ; le gouvernement ; les deux Chambres du Parlement ; le pouvoir judiciaire ; les services de sécurités ; la CENI ; les acteurs politiques ; la communauté internationale ; les chefs des Confessions religieuses ; les médias ; le peuple congolais et les groupes armés nationaux et étrangers. Elle leur demande de jouer leurs rôles conformément à leurs prérogatives.

Au chef de l’Etat, l’ECC lui demande de tout mettre en œuvre pour veiller au respect de la Constitution, tout en tenant compte de tous les accords déjà signés, notamment celui du 31 décembre 2016 tenant à faciliter l’organisation  des élections démocratiques, transparentes  et apaisées.

L’ECC demande au Gouvernement de la République d’accompagner la CENI dans l’organisation des élections dans le délai, en mettant davantage des moyens à sa disposition et en maitrisant les mouvements migratoires des populations aux points frontaliers. Ensuite, d’améliorer le social du peuple congolais, en augmentant leur revenu mensuel.

Aux acteurs politiques, l’ECC demande de privilégier l’intérêt supérieur de la nation et non les intérêts individuels.

Par ailleurs, l’ECC demande à la communauté internationale d’appuyer davantage les efforts de la CENI dans l’organisation desdites élections. Elle a tenu à féliciter le conseil de sécurité des Nations Unies pour la résolution 2348 adoptée le 31 mars 2017, prolongeant le mandat de la Monusco jusqu’en mars 2018. Cependant, cette Monusco devrait tenir compte des désidératas de la population, surtout sur la question de la sécurité des personnes et de leurs biens.

Présider par l’évêque Pierre Marini Bondo, président national de l’ECC, les présidents provinciaux membres de CENR ont pris part à cette 50ème session, à savoir Mgr Odon Mukashiweno de la province ecclésiastique de Bandundu ; Mgr Paul Tekasala Mawa du Kongo Central ; Evêque Augustin Kapya de Katanga ; Mgr Simon Tshepela  Muabilay du Kasaï Occidental ; Evêque Dieudonné  Mbaya Tshiakany du Kasaï Oriental ; Evêque Joseph Bitingo Lusambia de Maniema ; Mgr Théophile Duale Langba de l’Equateur ; Mgr Tshisungu Mwambi de Kinshasa ; Evêque Samuel Lotika  province Oriental ; Evêque levis Milenga Mbala du Nord Kivu ; Evêque Jean Luc kuye Ndondo du Sud  Kivu.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse