Terrassé par une longue maladie en Europe: Le chanteur Bipoli na Fulu a tiré sa révérence à Paris

par -
0 521
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En 2014 et deux fois déjà au début de cette année, la nouvelle annonçant la mort du chanteur Bipoli na Fulu avait circulé sur la toile mais elle a été vite démentie par l’artiste qui était bien entendu malade et qui avait recouvré sa santé. Toutefois, il y a lieu de signaler qu’en dépit de sa convalescence, Bipili na Fulu a connu une rechute. Il n’a plus récupéré ses sens et la mort s’en est suivie plongeant ainsi dans la consternation totale sa famille biologique

Bipoli débute sa carrière musicale au quartier 7 à N’Djili dans l’orchestre « Yoka Choc » avant de s’en aller en 1975 faire partie de la première équipe de Viva la Musica. Où il rencontrera comme coéquipiers entre autres les artiste-musiciens comme Papa Wemba, Jadot le Cambodgien, Aziza, Djenga-Ka Espérant Kisangani et Bipoli na Fulu, Bamundele Rigo Star et les autres.

 

Mais, quelques temps après, Viva la Musica connaîtra sa première scission. Les chanteurs Bipoli na Fulu, Espérant Djenga-Ka, Jadot le Cambodgien et le guitariste Julva Liguagua tourneront le dos à Papa Wemba pour intégrer l’orchestre « Karawa Musica » du trio « Kangonia » qui avait ses assises dans la commune de Lingwala. Plus-tard, il ravivera et rentrera au bercail auprès de Kuru Yaka. Ce dernier quittera Kinshasa à l’insu de tous ses musiciens pour un voyage en Europe. Quelques mois après, une nouvelle s’est répandue dans la ville sur la mort de Papa Wemba à Paris. Il n’en était portant pas le cas. Informé de ce qui se passait à Kinshasa, le chef coutumier du village Molokaï a fait un retour triomphal dans la capitale. Les organisateurs des spectacles ont vite tombé sur le fait pour contraindre le groupe « Viva-la-Musica » à trois concerts marathons au Ciné Palladium.

Cependant, au lendemain de ces productions, les musiciens ont perçu des primes modiques qui ne les avaient enchantées. Le premier à claquer la porte fut King Kester Emeneya qui sera rejoint dans son retranchement par onze autres déserteurs de Viva-la-Musica dont : Bipoli na Fulu, Petit Prince, Joly Mubiala, Safro Manzangi, Tofolo Tofla Kitoko, Pinos, Mongo Ley, Huit Kilos, Patcho Star et Moto na libandi Otis Koyongonda, qui sont allés fonder l’orchestre Victoria Eleison. Placé sous la conduite de King Kester Emeneya cette formation musicale marquera sa sortie officielle le 24 décembre 1982.

Comme toute œuvre humaine ne manque pas de failles, Bipoli na Fulu a quitté Victoria Eleison au cours d’une tournée en Europe où il s’était établi pour entreprendre une carrière solo.

C’est en cette qualité que la mort vient l’arracher de l’affection de siens. Artiste-musicien qui a beaucoup contribué à l’éclosion de l’art d’Orphée en RDC, De Guimarães Bipoli lègue à la postérité des œuvres -dont son tube « Ami Kapangala »- qui ne manqueront point de signaler son passage sur cette terre des hommes. On se rappellera, en outre, que le chanteur Bipoli na Fulu était le frère à l’honorable Marie Mwabi, députée provinciale de Kinshasa.

Selon le programme élaboré par ses proches, la dépouille de l’artiste qui est arrivé hier jeudi 19 octobre 2017 par un régulier d’Air France en provenance de Paris est exposée au terrain « Bouda », au quartier 1 à N’Djili pour des recueillements et sera conduite aujourd’hui vendredi 20 octobre à sa dernière à la Nécropole « Entre Terre et Ciel » à Mbenzale dans la commune de la N’Sele.

Le desk Musique du journal « L’Avenir » présente à la famille biologique de l’artiste ainsi qu’à toute la communauté musical congolaise ses condoléances les plus émues et prie l’Eternel à lui reserver une paix durable et sereine dans le Royaume des Cieux.

(Kingunza Kikim Afri & Grâce Nlemvo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse