par -
0 589
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

«Les réfugiés sont des êtres humains, affectés par une situation hostile dans leurs pays, et forcés à chercher refuge dans un autre pays. Ils ont besoin de notre attention et nous devons les protéger : un refugié sans espoir est un de trop », a dit Martin Kobler dans un communiqué parvenu à notre rédaction.

Sur les 106.228 burundais qui ont trouvé refuge dans les pays voisins des Grands Lacs, environs 10.590 ont été enregistrés dans la province du Sud-Kivu en RDC suite aux circonstances et conditions de vie jugées défavorables à leur existence au Burundi. En plus, 240.000 réfugiés rwandais vivent sur le territoire de la RDC, selon l’opération de recensement biométrique des réfugiés rwandais en Avril 2015. Dans la province de l’Equateur et la province Orientale, le HCR conjointement avec ses partenaires apportent leur service dans les secteurs vitaux comme la protection, la nourriture et l’alimentation, l’eau et l’assainissement, l’abri, la prévention et la réponse aux violences basées sur le genre et le sexe à près de 100.000 réfugiés en provenance de la République Centrafricaine.

« Je félicite le gouvernement congolais pour avoir fourni des efforts afin de protéger les réfugiés vivant en RDC. J’en appelle à la création d’espaces politiques et des conditions favorables pour soutenir les réfugiés, » a conclu le chef de la MONUSCO.

Notes aux éditeurs

La journée Mondiale des Réfugiés instituée par les Nations Unies est célébrée le 20 juin de chaque année. A cette occasion, le monde commémore la force, le courage et la résilience des millions des femmes, des hommes et des enfants qui ont été contraints de fuir leurs terres d’origine pour échapper aux affres de la guerre et aux abus des droits de l’homme.

C’est dans le Nord-Kivu que se trouvent la plupart de ces réfugiés. Ils sont environ 199 000 dans cette province, et 42 000 au Sud-Kivu. Mais on en retrouve aussi dans le Katanga, au Kasai oriental, dans le Maniema, en Equateur et encore dans une moindre mesure à Kinshasa.

À la fin de 2014, on comptait 59,5 millions de personnes dans le monde en situation de

déplacement forcé, le nombre le plus élevé dans les annales, ce qui veut dire qu’un individu sur 122 est aujourd’hui réfugié, déplacé ou demandeur d’asile. En 2014, on comptait chaque jour 42 500 nouveaux réfugiés, déplacés ou demandeurs d’asile, taux qui a quadruplé en quatre ans. De nos jours, 86 % de l’ensemble des réfugiés vivent dans le monde développé et les réseaux d’intervention humanitaire sont sollicités au-delà de leurs moyens.

367.615 réfugiés répertoriés sur le territoire de la RDC au 19 juin 2016

367.615 réfugiés sont déclarés sur le territoire de la RDC, a fait savoir vendredi à Kinshasa, M. François Malonda, chargé des opérations à la Commission nationale des réfugiés (CNR), à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des réfugiés. Donnant lecture du message du gouvernement, il a précisé que ceux-ci sont répartis de la manière suivante: 127.537 viennent du Rwanda, près de 40.000 de la RCA tandis que le reste provient d’autres pays africains, ajoutant que cette journée est une opportunité pour inviter la communauté internationale et des donateurs privés à consentir des sacrifices pour assister ces personnes qui résident depuis des années sur le territoire congolais.

Il a lancé l’appel à la mobilisation de tous à conjuguer des efforts pour explorer les voies et moyens en vue de prévenir et d’endiguer les causes des conflits qui minent le monde et jettent en errance les familles sur le chemin de l’exil, réaffirmant l’engagement du gouvernement de la RDC d’assurer la protection de ces réfugiés conformément aux instruments juridiques tant nationaux qu’internationaux auxquels le pays a souscrit.

François Malonda a, au nom de la CNR, défini le concept « réfugié » comme étant « toute personne craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa nationalité, de sa religion, de son appartenance à un certain groupe social ou d’ opinion, qui se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, du fait de cette crainte, se réclamer de la protection de ce pays ou qui, si elle n’a pas de nationalité, se trouve hors du pays dont elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements et ne peut , en raison de ladite crainte, y retourner ».

Il a rappelé le cadre juridique de l’adhésion aux instruments internationaux en matière de protection des réfugiés à laquelle la RDC est membre, justifiant l’organisation et le fonctionnement de la CNR dont la mission est d’assurer la protection juridique et administrative des réfugiés, statuer sur les demandes d’asile ainsi que décider sur la cessation de statut des réfugiés.

Le représentant des demandeurs d’asile urbain de Kinshasa, Christine Uwamamoro, a plaidé pour la reconnaissance de leur contenu juridique et du caractère de leur universalité conformément aux textes qui régissent les réfugiés et les demandeurs d’asile.

 

(JMNK)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse