2ème édition du festival Rumba parade

par -
0 682
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les participants recommandent la reconnaissance de la Rumba comme patrimoine national

Le Chef de section musique de l’Institut national des arts (INA), Jean-Romain Malwengo, a restitué lundi à l’ACP les recommandations issues du colloque scientifique organisé du 17 au 19 décembre derniers au Centre Wallonie-Bruxelles en marge de la 2ème édition du festival «Rumba parade».

Ce forum, a indiqué Jean-Romain Malwengo, était axé principalement sur deux volets, à savoir festif ainsi que scientifique. A travers le premier volet, il a noté la prestation de six orchestres de la capitale congolaise, à savoir l’Orchestre de Chambre de l’INA, le groupe Congo Masters, la Fanfare la Confiance, le groupe Guvano, le groupe Petit Wendo et l’orchestre Bakolo Miziki international.

En ce qui concerne le second volet, cet enseignant de l’INA a souligné que celui-ci a consisté en l’organisation d’un colloque qui a rassemblé les théoriciens et praticiens de la Rumba congolaise en vue de discuter sur la pérennisation de ce patrimoine immatériel. Il a précisé que ce forum a connu deux moments forts, notamment le premier  sur l’hommage au virtuose guitariste de la musique congolaise, en l’occurrence, Docteur Nico Kasanda et son patrimoine discographique.

Quant au deuxième, il s’agit des conférences-débats sur les techniques et caractéristiques de la Rumba, les techniques de la guitare de Nico, l’apport de nouvelles technologies pour la conservation et la promotion de la rumba ainsi que le processus de l’inscription de celle-ci au patrimoine de l’humanité.

Les participants à cette 2ème édition, ont en définitif recommandé aux organisateurs dudit festival de prendre des précautions afin de changer les dates et les lieux du festival en tenant compte de la saison des pluies et, de la grande affluence du public.

L’appropriation du projet par le Gouvernement central

Ils ont, à cet effet, sollicité d’une part, l’implication du Gouvernement Central de la République Démocratique du Congo à la reconnaissance de la Rumba comme patrimoine national, d’autre part, l’appui à la recherche et à la promotion de la codification des traditions orales par le biais des Ministères de l’Enseignement supérieur et universitaire, de la Culture et des Arts.

Par ailleurs, les festivaliers ont en outre émis le vœu de voir la constitution d’une banque de données sur les publications concernant la rumba, en proposant à cet effet que l’INA, l’unique institution en Afrique Centrale dans la formation des chercheurs et des techniciens en patrimoine culturel immatériel, dispose de conditions logistiques meilleures, dont un campus digne de ce nom.

Dans la perspective de l’inscription de la Rumba sur la liste du patrimoine mondial, l’implication des autorités politiques, notamment en accentuant la synergie avec les pays concernés par cet art de la scène, entre autres la République du Congo, l’Angola, la République Centre africaine et les Caraïbes. Notons que ces productions musicales et scientifiques sur la Rumba ont connu une affluence nombreuse de mélomanes et d’experts gravitant autour de 500 personnes par soirée.

(St. Hervé M’B.)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse