2ème édition du café genre, l’Onufemme démontre : « Quand les femmes sont économiquement autonomisées, cela les protège des violences sexuelles »

par -
0 324
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La 2ème édition du café genre a eu lieu vendredi dernier à l’Université protestante au Congo, UPC, devant un public nombreux et des officiels. C’était utour du thème : « Regards croisés sur les questions des violences sexuelles et celles basées sur le genre ». A l’occasion, l’Onufemme et le bureau du représentant personnel du Chef de l’Etat en matière des violences faites à la femme, Jeannine Mabunda, ont exprimé le vœu notamment d’autonomiser les femmes, pour les prémunir d’atouts nécessaires à la prévention des violences. « Quand les femmes sont économiquement autonomisées, cela les protège davantage des violences sexuelles, et leur donne plus d’atouts en matière de participation politique », a relevé la représentante de l’Onufemme à Kinshasa, Adama Moussa (voir photo), exposant les recommandations de la 2ème édition du café genre.

Et d’ajouter : La préparation de ce café genre nous a pris deux mois. Le bureau de l’Onufemme et celui de la Représentante personnelle du Chef de l’Etat ont travaillé ensemble d’arrache-pied. Cela, avec l’appui respectivement du cabinet de la ministre du Genre, famille et Enfant et de l’Ambassade de Grande Bretagne  Nous avons eu la disponibilité du Brésil, du Maroc et du Sud Soudan.

C’est vraiment un réel plaisir pour moi que de prendre la parole la parole pour conclure cette 2ème édition de café genre, en partageant les recommandations que nous avons pu tirer. Ce café genre dont le thème a porté sur le thème « Regards croisés sur les questions des violences sexuelles et celles basées sur le genre ; échange d’expériences entre la RDC, le Brésil, le Soudan du Sud, le Maroc ». J’en profite pour dire que nous aurions aimé avoir beaucoup plus de pays. Mais savez, tout choix est un peu subjectif. Dans la matière, nous avons choisi des régions, des cultures qui puissent être croisées à celles qu’on a ici en RDC. Nous avions choisi le Sud Soudan et le Maroc. Pour des raisons indépendantes de leur volonté, ces pays n’ont pas pu participer. Mais je crois que si on avait eu tous les pays, le temps de faire des échanges ne nous aurait pas été permis. Donc ce n’est que partie remise ; ce sont des échanges qui vont se poursuivre. Je voudrais juste présenter les recommandations qui sont sorties :

Promouvoir le rôle des hommes et des jeunes pour la construction de la masculinité positive comme un moyen de lutte contre les violences sexuelles. Il a également été demandé une pérennisation de la campagne de sensibilisation « Brisez le silence », au lieu de limiter cela dans le temps, en utilisant le centre d’appel ainsi que les clubs au niveau des universités. L’autre proposition est d’autonomiser la femme aux moyens de lutte contre les violences faites aux femmes Parce que quand les femmes sont économiquement autonomisées, cela les protège davantage des violences sexuelles, et leur donne plus d’atouts en matière de participation politique. L’autre recommandation, c’est d’assister et  de faire attention à l’image de la femme dans la communication et dans la publicité, parce que l’image que cela projette a un impact sur la perception qu’on a de la femme et des questions liées aux violences. Une autre recommandation est de bâtir sur une nouvelle génération de lutte contre les violences sexuelles et de mettre à profit la vigueur et le dynamisme de la jeunesse.  Enfin, de manière globale, cette activité a été une excellente opportunité pour apprendre ce qui a été fait dans d’autres pays, dans le cadre de la lutte contre les violences sexuelles. Ceci pouvait permettre, en même temps, de mieux comprendre et appréhender l’efficacité des approches utilisées en RDC. Ce qui pourrait se faire selon une méthodologie qui nous permettrait de nous renseigner sur la situation en RDC, et nous allons faire le suivi comme nous l’avons fait comme lors  du premier café genre, dont certaines recommandations ont déjà commencé à être mises en œuvre.  Nous allons faire le suivi avec la partie gouvernement et avec les partenaires qui interviennent dans le domaine des violences sexuelles, pour voir comment passer à l’opérationnalisation des recommandations.

(RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse