28 janvier 2017-28 janvier 2018: Le nucléo-physicien du CREN-K/Mont Amba Joseph Kobakozete, l’an 1 dans l’au-delà

par -
0 277
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Les grands ont ceci de particulier que les tombes où ils sont ensevelis contiennent leurs corps ; mais elles ne peuvent retenir leurs hauts faits… ». Cette évidence a été démontrée en son temps par Salluste, un écrivain-historien de l’antiquité romaine.

En effet, le  Commissariat général à l’Energie atomique, plus précisément le Centre régional d’études nucléaire de Kinshasa, CGEA-CREN-K/ Mont-Amba est amputé d’un nucléo-physicien de première heure, en la personne de Joseph Kobakozete Itono. Sa mort a été attestée samedi 28 janvier 2017, aux Cliniques universitaires de Kinshasa, CUK. ‘’A 76 ans, c’est un monument qui vient de s’écrouler au niveau de CREN-K, où il a presté pendant quarante-huit (48) ans. Il a été le premier noir au monde à piloter un réacteur atomique’’, a confié un proche. En effet, il nous revient que dans la tradition du CGEA-CREN-K, le titre de ‘’pilote du réacteur’’ a remplacé celui, plus général, de d’’’opérateur du réacteur’’. Depuis les origines dudit Centre, le rôle dévolu à ce technicien était, non seulement de démarrer et faire fonctionner le réacteur, mais aussi de ‘’piloter ‘’ les différents visiteurs dans l’installation, avec tout ce que cela comporte d’explications et de démonstrations.

Quant à ses origines, l’illustre disparu a été ressortissant de l’actuelle province du Maïndombe (après la mise en application du dernier découpage territorial en 2015). Il laisse une veuve, Nganu-Ekomo Vicki. Le deuil se tient sur 3ème rue au quartier Des Marais, à proximité de l’Eglise catholique Ste Trinité, dans la commune de Matete. Cette paroisse remonte en 1976, avec tour à tour le Père Buffalo, le scheutiste Père Aloïs Schmid qui en ont posé les jalons. Et Joseph Kobakozete a  honorablement figuré parmi les paroissiens des premières heures.

QUATRE DECENNIES AU SERVICE DU NUCLEAIRE CONGOLAIS  

A la fin de ses humanités scientifiques (mathématiques) qu’il a terminées en 1964, le jeune Kobakozete avait amorcé aussitôt l’étape de l’Université de Lovanium. Deux ans durant, il a poursuivi les études d’ingénieur agronome. Ces deux années de candidature tenaient lieu de cycle complet de l’actuel graduat. Après un temps meublé en qualité de professionnel de la craie blanche du degré secondaire, la vision d’aller plus loin ne l’avait pas quitté. C’est ainsi qu’en février de l’année 1968, il a tenté sa chance à un concours d’embauche, au Centre nucléaire TRICO (l’actuel CREN-K). Il y a été engagé en qualité de pilote adjoint du réacteur TRIGA MK I. Au début du mois de mai de l’année 1971, il a foulé le sol américain dans une délégation de trois, sur ordre de la hiérarchie. C’était pour un stage de sept mois, dont deux de perfectionnement à l’Université de Georgetown (George ton university) plus précisément dans la cité universitaire de ITHACA dans l’Etat de New York. Cette étape a été sanctionné par un brevet de chef-pilote sur le réacteur pulsé TRIGA MK II de Cornell university, délivré par la Commission de l’énergie atomique des USA (USAEC, l’actuel Nuclear Regulatory  Commission, NRC). Il a donc été nommé chef-pilote du Réacteur TRIGA MK II du CGEA-CREN-K qui connaîtra sa première criticité le 24 mars 1972.

SE FORMER POUR FORMER    

En 1977 à Vienne en Autriche : cours interrégional de base sur la comptabilité des matières nucléaires ; en 1987  en Albuquerque aux USA : cours interrégional  sur la protection physique des installations et matières nucléaires ; au cours de la même année à Vienne en Autriche : recyclage de trois mois à l’Atominstitut. Deux ans plus tard, à Santa Fe aux USA : cours interrégional avancé sur la comptabilité des matières nucléaires ; En 1990 à Argonne, toujours au pays de l’Uncle Sam : cours interrégional sur la sûreté opérationnelle des réacteurs de recherche. En 1996 au aire en Egypte : cours Afra sur la documentation des réacteurs de recherche ; deux ans plus tard à Vienne en Autriche : recyclage d’un mois à l’Atominstitut.

Ces renseignements sont tirés du fascicule intitulé : ‘’Notions de Physique nucléaire et de technologie du réacteur atomique’’, Tome 1, que l’illustre disparu alors chef- ilote du réacteur, a élaboré en juin 2010.

58 ANS D’ACTIVITES NUCLEAIRES EN RD CONGO

Grâce à ses ressources en uranium, la RD Congo a contribué d’une manière significative à l’essor de l’utilisation de l’énergie nucléaire dans le monde. Ainsi, en vue de tirer le meilleur parti de l’impact de l’énergie nucléaire pour son propre développement, la RD Congo a été le premier pays africain à se doter d’un Réacteur nucléaire, dès le 6 juin 1959. Le Commissariat Général à l’Energie Atomique, CGEA dispose d’une infrastructure scientifique et de capacités humaines qui contribuent à la réalisation de divers programmes de recherche dont les résultats visent l’amélioration du cadre socioéconomique de la population et la réhabilitation de secteurs productifs bénéficiaires. Le CGEA participe, de ce fait, à la réduction de la pauvreté en RD Congo.

 

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse