Contre offensive: L’ opposition pro dialogue en colloque cette semaine à Kinshasa

par -
0 569
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En réponse au conclave de Bruxelles qui a aliéné la souveraineté de la République en ce que, ses résolutions ont été remises à l’autorité belge, l’opposition nationaliste, l’opposition citoyenne et l’opposition patriotique s’engagent aux termes des assises qui débutent ce mercredi 29 au jeudi 30 juin 2016, à remettre les conclusions au Président de la République, au Facilitateur, à l’Union Africaine, à la Monusco et l’Organisation Internationale de la Francophonie et aux instituions de la République, question de sauvegarder la souvenait du pays.C’est du moins ce qu’a déclaré Justin Bitakwira dans un entretien accordé au Journal L’Avenir.

C’est un colloque de 48 heures qu’organise l’opposition pro-dialogue dans le seul objectif de sauver la Nation en péril. Ceci pour dire que faire la politique, c’est une question de choix, une question d’option en ce que depuis juin 2015, l’opposition pro-dialogue ne cesse de soutenir le dialogue pour qu’il y ait consensus avant le chaos, pas consensus après le chaos. « Au fur à mesure que les jours passent, nous nous rendons compte que la situation s’enflamme dès lors qu’on nous a envoyé le Facilitateur qui est entre les deux avions, certainement à Addis-Abeba et nous ne savons pas que Bruxelles est devenue la nouvelle capitale de la Rdc»,a-t-il déploré.

A ce jour, l’opposition pro-dialogue totalise une quarantaine des partis politiques, une trentaine des personnalités politiques et leaders de la société civile et les membres de la société civile importante pour la tenue de ce Colloque. Cette organisation est à la différence de celle de Bruxelles en ce que toutes les organisations jouissent de leur autonomie et il n’est pas question de fusionner les partis à ce Colloque, a lâché Justin Bitakwira, mais plutôt de concrétiser une idée pour laquelle ils se sont battus, c’est-à-dire le dialogue des Congolais, pour les Congolais et par les Congolais et non un dialogue de la communauté internationale pour la communauté internationale, précise-t-il.

Contrairement à une certaine opinion qui pense que le chef de fil de l’opposition pro-dialogue serait le président du Sénat, Léon KengowaDondo, le Président national de l’Alliance pour la République et la Conscience nationale dit non ! Pour le député élu d’Uvira, il ne pense pas que Kengo soit leur chef de fil étant donné qu’il siège dans les institutions en ce y compris son parti qui est représenté au niveau de l’exécutif national. « Nous ne sommes pas dans les institutions. Ce qui a tué ce pays, c’est le combat pour un individu. Nous, notre combat est pour toute la société, et la révolution que nous voulons opérer dans la classe politique, c’est ce combat d’un individu. Ça doit s’arrêter ! On nous distrait lorsqu’on dit que le combat est réservé pour un individu et lorsque cet individu n’est pas servi tout s’arrête, tout disparait », déplore-t-il.

Dans le cas contraire, il faut le prendre pour de termites susceptibles de faire tomber un baobab. Leur objectif est de faire comprendre à l’opinion que la Rdc a connu un retard dans la révolution politique contrairement au sport et à la musique qui ont connu leurs gloires passées. Mais la politique est restée stagnante. « J’ai dansé Mario avec Luambo, il y a eu le Nico Kasanda ; aujourd’hui, nous avons le FallyIpupa, le Fabregas, le Ferré Gola. Pourquoi est-ce que Justin Bitakwira ne peut-t-il pas jouer le rôle de FallyIpupa ; Steve Mbikayicelui de Fabregas et MushiBonane le rôle de Ferré Gola ? »,s’interroge-t-il. De préciser qu’ils veulent révolutionner la classe politique congolaise car, elle n’a rien apporté plutôt elle a fait reculer les Congolais, cette classe politique de la première génération qui fête ses défaites en victoire. « Cette révolution doit se faire autant dans l’Opposition, autant dans la Majoritéet la responsabilité première revient au Président de la République qui doit tirer attention, dans son entourage on doit éviter l’extrémisme, l’extravagance, que le pays n’appartient pas à la Majorité seule.

Je ne vois pas le Gouvernement des Etats-Unis applaudir les gangs chez eux

Abordant la question de la sanction contre le Général Célestin Kanyama, l’élu d’Uvira s’indigne de cette attitude ö combien irresponsable des Etats-Unis car, dit-il, les Kuluna sont une menace permanente à la population et à eux acteurs politiques. « Les Kuluna dans la ville de Kinshasa sont de gangs et les gangs sont condamnés à disparaitre et la police doit prendre toutes les dispositions malgré les menaces appuyées pas certains Congolais mais, je ne vois pas comment aux Etats-Unis un groupe de gens peut se promener avec les machettes, les haches et les couteaux que le gouvernement des Etats-Unis dit bravo ! Les Kuluna est un danger pour la République, le Général Kanyama, la police et le Gouvernement doivent continuer cette lutte », encourage-t-il.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse