1ère réunion du Groupe d’appui à la facilitation: Le dialogue proposé pour fin juillet 2016

par -
0 1043
l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Au cours de sa première réunion hier à Addis-Abeba en Ethiopie, le Groupe de soutien à la facilitation composé de l’UA, l’ONU,  l’UE, l’OIF, la SADC et la CIRGL réaffirme l’engagement et  l’importance cruciale de la tenue d’un dialogue national fructueux avec toutes les parties prenantes congolaises, de préférence à la fin du mois de juillet 2016 et a convenu d’entreprendre des consultations visant à encourager toutes les parties prenantes à participer au dialogue

*Au cours de ce même rendez-vous, les participants ont été informés par le Facilitateur désigné par l’Union africaine, l’ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo sur ses efforts à ce jour, en vue de réunir les différents acteurs politiques congolais, ainsi que la société civile pour commencer le dialogue national. Le représentant spécial de l’ONU pour la Rdc a également informé la réunion sur la situation politique qui prévaut dans le pays avec un accent particulier sur l’état d’avancement des efforts visant à convoquer le dialogue national, en notant que la situation reste précaire et nécessite ainsi le besoin urgent pour appuyer le facilitateur, afin que le dialogue démarre

De plus en plus, les choses sont entrain de se préciser, en vue de la tenue du dialogue politique national et inclusif, pour un atterrissage en douceur du processus électoral. Et ce, lorsqu’on sait que l’attente a été très longue et une certaine frange de la classe politique du pays n’a pas manqué de douter sur les vraies capacités du Facilitateur désigné par l’Union africaine de convoquer ce grand rendez-vous.

Nombreux sont des signaux qui prouvent que si le dialogue ne se tient pas au bon moment, voire si les Congolais n’aboutissent pas à un consensus d’ici à la fin de l’année, le pays pourrait sombrer dans une crise indescriptible, qui risque de conduire à sa déstabilisation. Quelque chose qui n’est pas à souhaiter, d’autant plus que le vœu de tous est de pérenniser les acquis engrangés jusque-là par la République démocratique du Congo.

En attendant la nomination du comité préparatoire à ce dialogue, Edem Kodjo, le Facilitateur désigné par l’Union africaine se devait d’abord de se rassurer du soutien du Groupe à la facilitation qui a été créé, dans l’objectif non seulement d’accompagner le Facilitateur, mais aussi de susciter une certaine adhésion de la classe politique au dialogue qui pointe à l’horizon. C’est la raison pour laquelle cette réunion inaugurale du Groupe de soutien pour la facilitation du dialogue national en République démocratique du Congo s’est tenue à Addis-Abeba.

Consolider les acquis

Il sied de souligner que la dite réunion a été présidée par le Commissaire de l’Union africaine pour la paix et la sécurité, l’Ambassadeur Smail Chergui, et a connu la participation du Facilitateur désigné par l’UA, l’ancien Premier ministre du Togo, M. Edem Kodjo; l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour les Grands Lacs, Said Djinnit; le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la République démocratique du Congo et chef de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), Maman Sidikou; l’Envoyé spécial de l’Union européenne (UE) pour l’Afrique, Koen Vervaeke; l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’ancien Président de la Confédération Helvétique, H.E Pascal Couchepin; le Secrétaire exécutif de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), S.E. Dr Stergomena impôt Lawrence et le représentant du Secrétaire exécutif de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), Amb. Ambeyi Ligabo.

Selon une dépêche de l’UA, la réunion s’est tenue dans le cadre du partenariat pour la paix et la sécurité en Afrique, conformément à leur engagement collectif à soutenir la République démocratique du Congo à consolider les résultats obtenus au cours de la dernière décennie, et dans le cadre des organes pertinents de l’UA et la résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les participants ont été informés par le Facilitateur désigné par l’UA de ses efforts à ce jour, en vue de réunir les différents acteurs politiques congolais, ainsi que la société civile pour commencer le dialogue national. Le représentant spécial de l’ONU pour la RDC a également informé la réunion sur la situation politique qui prévaut dans le pays avec un accent particulier sur l’état d’avancement des efforts visant à convoquer le dialogue national, en notant que la situation reste précaire et nécessite ainsi le besoin urgent d’appuyer le Facilitateur, pour commencer le dialogue national.

Des recommandations

Au cours de cette réunion, les participants ont réaffirmé l’engagement de l’importance cruciale de la tenue d’un dialogue national fructueux avec toutes les parties prenantes congolaises, de préférence à la fin du mois de juillet 2016 et ont convenu d’entreprendre des consultations visant à encourager toutes les parties prenantes à participer au dialogue; appellent toutes les parties prenantes à créer un environnement propice à la tenue du dialogue national; rappellent les objectifs du Groupe, notamment le soutien politique au Facilitateur, le soutien des acteurs locaux et internationaux, y compris la mobilisation des ressources nécessaires pour le bon déroulement du dialogue national; et contribuent à la préservation de la paix et de la sécurité en Rd Congo.

Disons que la réunion a salué les efforts déployés par les autorités congolaises et surtout par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), avec le soutien de différents partenaires pour entreprendre l’opération de révision du fichier électoral nécessaire pour la tenue des élections. Ils terminent par appeler les partenaires internationaux à fournir l’appui nécessaire qui contribuera à aider à surmonter les défis que connaît le pays à l’égard de l’enrôlement des électeurs, ainsi que les préoccupations économiques  actuelles.

Pour rappel, lors de son message à la Nation à l’occasion du 56ème anniversaire de l’accession de la Rd Congo à la souveraineté tant nationale qu’internationale, le Président de la République Joseph Kabila a souligné l’irréversibilité du dialogue, avant d’encourager le Facilitateur désigné par l’Union africaine à finaliser ses consultations, en vue de l’ouverture rapide de ce Forum et l’assure du soutien de la nation congolaise, dans ses efforts visant à parvenir à un consensus politique sur les questions précitées. Le dialogue n’étant pas, cependant, une fin en soi, il a félicité la Centrale électorale, la CENI, pour les efforts fournis à ce jour, en rapport avec les préparatifs des futures élections, à travers notamment la révision du fichier électoral.

Voila pourquoi il a lancé, à cet effet, un appel solennel au peuple, comme il l’avait fait en 2005 et en 2011, de participer massivement aux opérations proprement dites d’enrôlement des électeurs qui débutent dans quelques semaines, au cours du mois de juillet de cette année, par la province du Nord-Ubangi, en vue de l’établissement des listes électorales.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse