1ère force politique du FCC: Le PPRD revendique la Primature

par -
0 296

Si le PPRD a confirmé sa place de première force politique en RDC avec 116 élus aux législatives nationales parmi lesquels 15 femmes sur les 49 élues,  86 candidats  réélus dont 30 de la cohorte de 2006 et 57 de celle de 2011 revendique la Primature, l’Alliance pour l’Avenir (A.A/a) de l’honorable Pius Muabilu Mbayu ayant obtenu 22 députés nationaux, voudrait que son quota de 4 ministères lui soit accordé, conformément aux us et coutumes en la matière au niveau de la Majorité.

Au siège national du PPRD, parti cher à Joseph Kabila Kabange, devant les têtes couronnées du bureau politique, du conseil national, du comité exécutif national et de la base militaire du parti, Emmanuel Ramazani Shadary, Secrétaire permanent de cette première force politique du Front Commun pour le Congo (FCC), a présenté officiellement les députés nationaux du PPRD, élus au scrutin du 30 décembre 2019.

Description : C:\Users\DP\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.Word\IMG-20190303-WA0146.jpg
Description : C:\Users\DP\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.Word\IMG-20190303-WA0123.jpg

Dans son mot de circonstance, il a indiqué qu’à l’issue du scrutin présidentiel, nous nous sommes inclinés devant le verdict, avec courage et responsabilité, sans nous en prendre ni à la fourberie de certaines officines malveillantes, ni organiser le deuil pour la perte d’une bataille et non pas celle d’une guerre. « En ce qui concerne les  législatives nationales de 2018, elles  ont connu la participation de 14.905 candidats parmi lesquels 10.395 candidats du Front Commun pour le Congo et 1.740 Candidats du PPRD. Aux législatives provinciales, la CENI avait enregistré 19.197  candidats parmi lesquels 13.485 candidats du FCC et 2.696 candidats du PPRD », dit-il, avant d’ajouter que parmi les innovations en matière électorale, on peut citer l’introduction du seuil de 1% aux législatives nationales et de 3% aux législatives provinciales, la hausse et l’individualisation de la caution, la machine à voter avec ses exigences, cette machine à imprimer les bulletins contre laquelle d’aucuns ont même formulé des incantations superstitieuses et quasi diaboliques, etc.

En dépit d’un contexte électoral tout à fait particulier dû à l’hostilité de certaines forces obscures tenant à faire de la RDC un pays satellite, soumis aux ordres de Jupiter, le Front Commun pour le Congo initié par Joseph Kabila est arrivé, à l’issue du scrutin,  en tête aux législatives nationales avec 335 élus, soit 69,1% des sièges sur 34 regroupements et partis politiques qui se sont partagés les 485 sièges à l’Assemblée nationale.  Dans cette plateforme électorale, le PPRD a confirmé sa place de première force politique en RDC avec 116 élus aux législatives nationales parmi lesquels 15 femmes sur les 49 élues,  86 candidats  réélus dont 30 de la cohorte de 2006 et 57 de celle de 2011. Ceci démontre à suffisance la stabilité du parti, l’effectivité ainsi que l’enracinement de sa tradition politique et idéologique.   

Il revient au PPRD de conduire le gouvernement

Par ailleurs, de 42 regroupements et partis politiques qui se sont partagés les 700 sièges aux Assemblées provinciales, le FCC est arrivé en tête avec 501 élus, soit 71,6% des sièges, suivi de l’opposition avec 199 élus, soit 28,4%. A l’instar des scrutins de 2006, le PPRD a conservé encore sa première place aux législatives provinciales avec 156 élus parmi lesquels 14 femmes sur 76 élues, 27 réélus dont 3 femmes. Il est  suivi par AFDC-A avec 68 élus, et AAB avec 46 élus.

La nouvelle configuration politique ne devrait guère nous effrayer ni nous inquiéter. Certes, il y eut les démons qui embrasèrent les relations entre le Président Kasavubu, minoritaire au parlement, et le Premier ministre Lumumba, majoritaire au parlement. Tirant des leçons de cette expérience malheureuse, l’Autorité morale n’a cessé de nous rappeler d’œuvrer pour la cohésion, la discipline et la détermination, aussi bien au sein du FCC que  dans cette dynamique politique de coalition avec la plateforme Cap pour le Changement (CASH).

Au terme du décompte fait à ce jour, il revient au PPRD de conduire le gouvernement, à la tête de la plateforme gouvernementale FCC et de travailler dans la cohésion avec la plateforme CACH, notre nouvel allié au sein de la coalition. Cela devrait être d’autant plus aisé que nous sommes tous du même bord idéologique, et que le projet de gouvernement défendu par le FCC lors de la campagne n’est ni en contradiction ni en déphasage avec la vision du nouveau Chef de l’Etat. Nos nouveaux alliés apprécieront davantage notre façon de faire, si nous travaillons pour la dignité du Congolais, dans le respect mutuel de chaque partenaire politique, avec ordre et dans la discipline. Toujours déterminés à construire un Congo plus beau qu’avant, plus fort et plus prospère.

Il a terminé son mot en s’adressant aux nouveaux élus : « Aussi, voudrais-je, dans ce contexte précis, vous rappeler les exigences de la fonction parlementaire. Elles se structurent autour de quatre fonctions de base : représenter, légiférer, contrôler et administrer. Vous êtes les représentants légaux et légitimes du peuple qui vous a confié un mandat. A ce peuple, vous avez promis monts et merveilles ; vous allez réaliser vos promesses, non pas en devenant des contremaîtres, mais en légiférant et en contrôlant », dit-il.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse