17 janvier 1961-17 janvier 2017, 56 ans après Patrice: Emery Lumumba mort mais vivant, un homme sans tombe

par -
0 480
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sans tombe, Patrice Emery Lumumba dit le prophète, accusé injustement par l’impérialisme occidental de communiste, a payé le prix du refus d’hypothéquer le patrimoine de son pays. Dénonçant les dérives totalitaires de la Belgique sur le génocide jamais commis à l’humanité par l’imputation des bras de tout celui qui refusait le diktat colonial belge. 56 ans après, l’idéologie lumumbiste ne cesse d’inspirer la sphère politique congolaise. D’Antoine Gizenga en passant par Pierre Mulele, Jason Sendwe, M’Zée Laurent Désiré Kabila et Joseph Kabila, Lumumba est plus vivant que mort.

Cet illustre personnage n’appartient plus à sa famille biologique ni à sa tribu Tetela. Il est un patrimoine commun de l’humanité. L’un des acteurs majeurs de la lutte contre la colonisation sauvage, il a été le tout premier Premier ministre du Congo indépendant, élu sur la liste du Mouvement national congolais, MNC, son parti politique. Patrice Emery Lumumba majoritaire au Parlement, avait connu une mort tragique, avant sa révocation illégale par le feu Président de la République, Joseph KasaVubu qui est la suite malheureuse de sa mise à mort au Katanga, avec ses compagnons Mpolo Maurice et Joseph Okito.

Sa mort, disons-le, avait non seulement plongé le Congo dans l’impasse à travers les différentes rebellions, mais elle est devenue aussi célèbre, que vivant, en ce que sa lutte politique contre l’impérialisme occidental, ses valeurs patriotiques qui ont marqué sa vie politique sont commémorées en cette journée du mardi 17 janvier 2017, en la Cathédrale Notre Dame de Lingwala.

La crème politique était au rendez-vous du Président de l’Assemblée nationale, députés nationaux, sénateurs  au Premier Ministre, membres du Gouvernement, officiers supérieurs des FARDC et de la Police nationale congolaise aux présidents des institutions d’appui à la démocratie et cours et tribunaux, ont répondu à la célébration de 56 ans de la disparition du jeune Premier Ministre Patrice Emery Lumumba. Agé d’une trentaine d’année, l’un des pères de l’indépendance du Congo fut trahi par son entourage au service de l’impérialisme occidental, puis lâchement exécuté par un capitaine belge qui ne cesse de brandir ses dents, devant l’impuissance de la CPI. Le martyr était accusé à tort de communiste. Sa disparition consacre la dont la culpabilité de la Belgique coloniale et de l’Amérique capitaliste.

La flamme patriotique doit se poursuivre

L’officiant du jour a été Mgr Marcel Utembi, Président de la Cenco.  La première lecture puisée du verset qui indique que Dieu Tout Puissant est Miséricordieux et est prêt à pardonner toutes nos fautes, si nous les reconnaissons avec humilité.

Par l’évangile tiré du Livre de Saint Luc, l’officiant a lu le 4ième chapitre au 14 verset, se référant au livre du Prophète Esaïe 61. Lequel livre parlait de lui comme celui qui a été envoyé par l’esprit de Dieu qui est en lui du fait que le Seigneur Dieu l’a consacré par l’onction, il a été envoyé pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres et aux aveugles qui verront la lumière, apporter aux opprimés la libération et annoncer une année de bienfait accordée par le Seigneur.

Pour Jésus Christ, cette parole de l’écriture que les juifs entendirent  s’était accomplie ce jour même qu’il fit lecture du livre du prophète Esaïe.

Dans sa prédication, Mgr Marcel Utembi qui a réitéré ses vœux les meilleurs aux Congolais en cette date du 17 janvier commémorative de Patrice Emery Lumumba, a indiqué que ces vœux de paix et de bonheur de Dieu, source de toute bonté répandent sur les Congolais l’abondance de ses bénédictions. « Hier le 16 janvier, nous avons honoré la mémoire de feu le Président Laurent Désiré Kabila, l’un de nos héros nationaux en nous rappelant les valeurs patriotiques qui ont marqué sa vie et que nous voulons perpétuer afin que notre pays soit bâti sur les valeurs de paix, de justice, de solidarité et de concorde nationale », a-t-il relevé  du haut de la chaire de la Cathédrale.

Et de poursuivre : pour le 17 janvier, nous sommes rassemblés en la Cathédrale Notre Dame de Lingwala pour commémorer la mémoire du tout Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, héros national, Patrice Emery Lumumba. « L’on sait qu’à travers tout le territoire national mais aussi au-delà de nos frontières, l’ardent amour de la patrie qui fut le noble idéal qui habitait son cœur. Aussi convient-il de mentionner qu’il est compté à juste titre, parmi les pères de l’indépendance de notre pays », a-t-il rafraichi la mémoire des Congolais.

Sinon, par la parole de Dieu, elle vient de jeter un éclairage nouveau sur les événements que les Congolais commémorent et en même temps, cette parole interpelle chaque compatriote. Elle doit éveiller la conscience des fils et filles de la RDC, les pousser au changement et à l’action pour transformer la société congolaise.

Le passage de l’évangile enseigné situe la vie de Jésus Christ tout au début de sa mission, la mission du salut qu’il a reçue de Dieu. Cette mission consiste à reprendre la parole du prophète Esaïe et en faire tienne. Le Christ a décrit sa mission en ces termes : « Apporter la bonne nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres, annoncer aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aux opprimés la libération, annoncer une année de bienfait accordée par le Seigneur »

Le chantier social selon Christ

Ce grand chantier social du Christ en cinq points est destiné aux pauvres, aux prisonniers, aux aveugles, aux opprimés et à l’humanité toute entière.

Ceci étant, le programme que le Christ a réalisé de son vivant, dit-il, après sa mort et sa résurrection, il l’a confié à ses disciples pour poursuivre l’œuvre par lui commencée. « C’est la mission qui nous incombe en tant que chrétiens, croyants mais aussi en tant que citoyens, homme et femme de bonne volonté, nous avons chacun et chacune en  son rang, le devoir impérieux d’accomplir les œuvres de bonté, de justice, de paix, de solidarité envers nos frères et sœurs, notamment les plus vulnérables, les plus démunis, les laissés pour compte qui du reste sont très nombreux dans notre société et notre pays. Nos héros nationaux ont eu aussi déployé le sens de l’humanité et de service envers le prochain et envers notre pays. C’est une des raisons pour lesquelles nous tenons à nous souvenir d’eux, pour que leurs mémoires demeurent à jamais vives et inoubliable dans nos esprits et notre pays en cette année 2017 », a-t-il enseigné.

Par la suite, le Président de la Cenco a invité tous les congolais a ravivait l’amour patriotique par l’assiduité dans le travail et par le don de soi en renouvelant les engagements citoyens pour être au service de la République Démocratique du Congo et de son peuple. Un message qui interpelle les décideurs congolais au service des autres et non à leur propre service. Cet engagement consiste dans la construction de la paix et la consolidation des valeurs démocratiques. « A ces propos, le Pape François, en s’adressant au peuple congolais tout entier en décembre dernier, a exhorté à multiplier des initiatives qui promeuvent la paix sociale. Je saisis cette occasion pour m’adresser à vous acteurs politiques et sociaux au dialogue politique depuis le 1er décembre 2016 pour rechercher la paix et la concorde nationale dans le respect des règles démocratiques le 31 décembre dernier. Vous avez offert à notre pays le plus beau cadeau de noël et de nouvel an, en signant solennellement l’accord politique global et inclusif du centre interdiocésain. Maintenant, vu cet élan qui vous anime aujourd’hui vers la réconciliation nationale et vers la sortie pacifique de crise, en tant qu’ambassadeurs du Christ, prince de la paix, faites en ce que l’année 2017année électorale dans notre pays ne soit plus une celle de malheur mais plutôt, une année de bonheur et de bienfait accordée par le Seigneur. Comme le dit l’évangile de ce jour », a-t-il mentionné. Il a poursuivi par la prière adressée au Seigneur, en ces termes : Dieu, Maitre du monde entier, regarde, prends pitié de nous, rassemble toutes les tribus de la République Démocratique du Congo, rétablis-les dans leur héritage et leur droit, fais miséricorde à notre pays », a-t-il prié. Une exhortation qui interpelle les acteurs politiques et sociaux au service des autres et non à se servir.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse