15 février 1982-15 février 2017: 35 ans après, l’UDPS commémore son anniversaire dans la douleur

par -
0 411
Debout de gauche à droite, Diayuka, Kakule, Mpashi, Lwakabwanga, Kibasa Maliba, Etienne Tshisekedi, Nkwedi, Mbwakieme, Belenganayi, Nsimba et Kanana. Assis de gauche à droite, Kengele, Paul Kapita, François Lusanga, Lumbu Maloba et Mukoka. Photo prise le 27 avril 1990, trois jours après le discours du Maréchal Mobutu à la N’Selé.
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

35 bougies ont été soufflées en commémoration de la création de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS). Cet anniversaire célébré dans la douleur, est un signe fort de l’appel à l’unité du parti, après de multiples dissensions  en son sein. Pour les Pionniers de ce grand parti de l’opposition, l’heure est arrivée de procéder à l’unification de ce parti, capable de mettre en place son programme d’action. Sinon, le deuil en Afrique unit que divise les humains. Telle est la démarche de gardiens du parti, qui sont les Pionniers.

C’est à l’hôtel Africana Palace de Lingwala, que les Pionniers de l’UDPS ont commémoré, hier 15 février, les 35 ans de l’existence de ce parti. Née en clandestinité, à l’apothéose de la dictature du Maréchal Mobutu, le parti s’est révélé le fer de lance du contre-pouvoir, après la fameuse lettre de 52 pages adressée au Président Fondateur du Mouvement Populaire de la Révolution.

Cependant, pour commémorer les 35 ans de l’existence du parti, les Pionniers de l’UDPS, sous la conduite de Corneille Mulumba, ont rendu un vibrant hommage à Etienne Tshisekedi wa Mulumba, en sa qualité de Pionnier de l’UDPS et Père de la Démocratie Congolaise.

Cette date, malheureusement arrive pendant que l’une des figures emblématiques du parti s’est éteinte à Bruxelles, dont le rapatriement de sa dépouille mortelle est sujet de marchandage politique, par certains arrivistes au parti. « Aujourd’hui, l’UDPS est en deuil ; elle vient de perdre encore un de ses dignes fils, un grand combattant de la liberté et de la démocratie, une grande machine politique, un grand baobab de la classe politique congolaise », a dit Kawaya Musungi Léonard.

Ceci pour dire, le mois de février revêt un cachet spécial pour l’UDPS en ce sens qu’il porte en lui, un triple anniversaire : « Février de l’année 1982 fut la création de notre grand Parti de masse, l’UDPS ; Février de l’année 1990, fut organisée une grande marche de toutes les forces vives de la Nation sur l’initiative expresse de l’UDPS, avec le concours citoyens des Chrétiens et Février 2017, voit malheureusement le décès de son leader charismatique, en la personne de M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba », a mentionné Léonard Kawaya Musungi, en ce que le mois de février demeure donc pour l’UDPS, un mois mémorable.

Les Pionniers pleurent Etienne Tshisekedi

Comment l’UDPS doit-elle pleurer cet illustre combattant ? Les Pionniers de l’UDPS réalisent que, la meilleure façon de le pleurer et d’immortaliser sa mémoire et non à se livrer à des jérémiades, à sombrer dans le désespoir, à baisser les bras, à penser même à l’Apocalypse du Parti, mais plutôt à prendre résolument la décision ferme et solennelle, devant sa dépouille mortelle, avant qu’on ne l’accompagne à sa dernière demeure ; avant qu’il ne soit mis en terre, pendant l’on est en train de le pleurer, d’attendre le rapatriement de son corps, de préparer ses obsèques et de lui rendre les derniers hommages. Les Pionniers promettent de lui dire ceci : « Que ton âme repose en paix et que la terre de nos ancêtres te soit douce et légère. Sache que tu n’as pas combattu seul, certains t’avaient déjà précédé, nous pensons plus particulièrement à tes collègues fondateurs : Ngalula Mpandanjila, Frederick Kibassa, Mbwakiem, Marcel Lihau, Faustin Birindwa… », a dit le Pionnier Léonard Kawaya.

Les promesses de compagnons de lutte à Etienne Tshisekedi

Dans leur message plein de compassion, les Pionniers de lutte d’Etienne Tshisekedi, lui promettent de porter haut le flambeau de sa lutte pour la liberté et la démocratie ; de prendre ce jour, la relève conformément à sa déclaration testamentaire de 1988, il y a de cela 30 ans de retour de sa relégation de Dungu, lorsqu’Etienne Tshisekedi disait : « Les Fondateurs ont été vaincus par usure. Moi aussi, je suis fatigué. J’abandonne la lutte pour m’occuper de mes affaires privées. J’appelle donc, la jeunesse à prendre la relève ».

Il faut dire également que les Pionniers de l’UDPS promettent à Etienne Tshisekedi, de poursuivre et d’intensifier la lutte démocratique jusqu’à la victoire finale, étant donné qu’il les laisse en pleine lutte pour le pouvoir démocratique. Mais de faire la paix des braves de tous les combattants en vue de consolider cette lutte ; de parvenir à l’union de tous ceux qui se réclament de l’UDPS, en vue de l’unité et de la réorganisation effective du Parti. Il en va de même de faire assoir la démocratie au sein du parti et de l’étendre au pays tout entier, tel qu’Etienne Tshisekedi l’a toujours prôné, socle du progrès social pour son peuple qui toujours  suivi son mot d’ordre. « Le Peuple d’abord », qui fut sa grande préoccupation et son refrain quotidien. Enfin, les Pionniers promettent également et l’assure de leur indéfectible et de leur fidélité pour sa noble lutte combien patriotique et qu’il repose en paix pour avoir laissé les continuateurs de son œuvre, déterminés et engagés. « Cependant, ces promesses à notre illustre disparune peuvent être possibles que si, et seulement, nous demeurons unis, soudés et engagés, en nous acceptant mutuellement dans un esprit de tolérance, de solidarité et d’amour. A savoir, les démons de la division et de l’éclatement de l’UDPS ; ceux qui se servaient de Tshisekedi comme parapluie ou comme fonds de commerce ou encore ceux qui attendent de profiter de sa mort…nous observent ; toujours prêts à passer à l’action. Faisons donc très attention, le moment est grave, le parti est en danger, qu’on ne verse pas après les larmes de crocodile. Certes, Tshisekedi, en tant qu’humain, est mort mais l’UDPS en tant qu’école, en tant qu’idéologie ne doit pas mourir pour autant », ont-ils déclaré.

Les Pionniers affirment que, tant qu’ils vivent, l’UDPS vivra, et ne sera pas comme le MNC de Patrice Emery Lumumba, ni le MPR du feu Maréchal Mobutu, après leur décès, les partis ont disparu avec eux. Ils déclarent solennellement que l’UDPS ne va pas mourir avec ses fondateurs. D’où, l’unité, la responsabilité et la sagesse des cadres du parti en particulier. Les Pionniers sont donc convaincus que les souhaits maintes fois exprimés par tout le monde pour la réunification, la réconciliation de tous les combattants viennent réellement du fond du cœur et non seulement des lèvres, et croient que ces vertus citoyennes seront bientôt effectives. « Oui à l’union, oui à la réconciliation, oui à la paix, oui à la tolérance, oui à la non-violence et en même temps, ils disent non à l’intox, non à la suspicion à outrance, non, à l’auto flagellation,  non à l’atomisation du Parti, non aux valeurs négatives », a-t-il conclu.

L’UDPS passe cet anniversaire sous le singe du deuil et de la médiation en ce qu’ils implorent le souverain Dieu, d’accorder à l’UDPS, une longue et victorieuse vie politique. Après vint le moment de témoignages en faveur de la lutte de l’illustre disparu, partant du 17 janvier 1988, jour du premier meeting au pont Kasa-Vubu.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse