1.600 FC pour soutenir la campagne de Félix Tshisekedi: De l’argent qui souffrira de la transparence

par -
0 204
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« L’humiliation ne tue pas », dit-on. Ce qui se passe actuellement au sein de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (Udps/Limete) fait peut-être rire, mais non seulement inquiète, mais doit interpeller l’opinion. Félix Tshilombo Tshisekedi est ce candidat président de la République présenté sous le label Udps. Malheureusement, le plus grand parti de l’Opposition congolaise présente un candidat qui n’a aucun sous pour battre campagne. Ainsi, le diplômé de l’ICC en Belgique a pris le courage de lancer la série de récolte des fonds pour soutenir sa campagne électorale. Les combattants qui croyaient que vivre longtemps en Europe est synonyme d’avoir beaucoup d’argent, se questionnent sur ce choix de Tshilombo. Malheureusement encore, s’il faut examiner tous les cadres qui sont restés au sein de l’Udps/Limete, ceux qui ont les moyens  sont à compter au bout de doigts. Ce parti qui est longtemps resté dans l’opposition a du mal à aligner des hommes qu’il faut pour la grande bataille électorale. Déjà au niveau des candidats députés nationaux et provinciaux, l’Udps compte sur sa notoriété et sur le nom du feu Etienne Tshisekedi. Si beaucoup de ces députés ont été élus en 2011 sous le label du sphinx de Limete, attendons voir si en cette année 2018, le visage de Félix Tshilombo donnera des voix aux candidats députés.

Ceux qui avaient le moyen et qui supportaient les charges au sein du parti ont été tous chassés de l’Udps du vivant de Tshisekedi le père. Le Fils arrive et prône l’unité pour tenter de récupérer les mêmes députés siégeant comme leurs futurs candidats afin de conserver leurs sièges. Mais s’il faut voir parmi ceux-là qui ont regagné le parti, il n’y a pas match avec ceux qui sont actuellement au sein du gouvernement de Bruno Tshibala, et même ceux qui ont été avec Samy Badibanga.

Les cotisations posent déjà problème au sein de l’Udps. Sans gêne, Félix Tshilombo charge encore les combattants de son parti pour mobiliser 1 dollar Us chacun afin de lui venir en aide. Comme le FC Renaissance en football, Tshisekedi attend voir des tonneaux pleins ; des comptes en banques remplis d’argent, les téléphones remplis de message de retrait d’argent en banque pour affronter tous ses adversaires.

Et déjà dans certaines bases, les gens font le fil pour aider leur leader. A l’allure où vont les choses, Tshilombo est ce candidat de l’Opposition qui ne saura pas céder à la fameuse candidature unique au cas où la fumée blanche ne sortait pas en sa faveur. Ceci, puisque ne pouvant pas fuir les millions qu’il pourra récolter. Et en clair, Félix se voit déjà cet unique candidat de l’Opposition. Et si cela n’est pas le cas, puisqu’il promet son total soutien à celui qui sera désigné candidat commun, donnera-t-il ses fonds au concerné ?  En outre, l’opinion se questionne déjà autour de la gestion de ces fonds, au moment où l’homme se fait entourer des personnalités comme Jacquemin Shabani, accusé en 2011 de détournement de 300.000 dollars américains, bien que blanchi par la suite. Des fonds destinés au payement de la facture d’impression des cartes de membres et des fiches d’adhésion. Une autre personne à craindre est aussi le Secrétaire général de ce parti, Jean-Marc Kabund, qui, il y a quelques mois, était soupçonné d’avoir détourné une somme importante envoyée par une tierce personne aux combattants. A cela, il a même été soumis à un interrogatoire pour se justifier. Il n’y a pas du sérieux à Limete !

Les 1.600 Francs congolais que quémandent Tshilombo auprès des combattants risquent encore de contribuer à la chute de l’homme, alors que l’idée première est de lui permettre de gagner les élections du 23 décembre 2018.

Au Sud-Kivu, on lui promet 44.000 dollars Usd. Et s’il faut prendre ce même montant comme échantillon pour les 25 autres provinces de la RDC, l’Udps pourra mobiliser beaucoup d’argent pour son candidat, mais si cela se fait très vite. Mais la transparence autour de ces fonds suscitent déjà des doutes.

Les avertis analysent

D’après certains analystes, si en 2007 Barack Obama fut le premier candidat à refuser la contribution fédérale pour sa campagne, mais quand même avoir réussi à réunir 656 millions de dollars du petit peuple en 1 année et demie, à l’Udps, seul l’avenir pourra en dire plus.

Contrairement à l’américain, Félix Tshilombo, à deux mois du début de la campagne électorale, ne pourra réunir pas grand-chose avec ses cotisations de 1$ des combattants. Difficile alors de faire face à la machine FCC.

La location seulement d’un avion, poursuit cet analyste que nous voulons anonyme, peut coûter jusqu’à 100.000$/jour. Multiplier par 30=3 millions de dollars.

« Ainsi, l’initiative 1$ pour Félix est bonne, mais un peu tardive ». Si Barack Obama a prévu 2 ans pour sa collecte des fonds, pourquoi commencer cette campagne à quelques mois des élections ? Des questions supplémentaires qu’il faut se poser pour mettre encore en cause les études de Félix Tshilombo.

Bernetel Makambo

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse